Circulations du scandale : compte rendu de la journée du 14 juin 2019

L’enquête sur la fabrique du scandale s’est poursuivie le 14 juin 2019 dans le prolongement de la journée du 8 février et du séminaire du 5 avril 2019. Les textes analysés ne comportaient pas, cette fois, d’occurrences des mots « scandale » ou « scandaleux ». Néanmoins, certaines caractéristiques des récits étudiés en février étaient également présentes dans ceux-ci : en particulier la présence de la figure du barbare et la description d’un monde vécu comme monde renversé, où les meurtres et les massacres sont assimilés à des fêtes ou des débauches. L’idée d’ivresse ouvre par exemple le Manifeste de la France étudié dans une traduction anglaise de 1590 par E. Butterworth. Les Parisiens y sont assimilés à des fous : Guise, dit le texte, sut si bien « aguiser [leurs] fureurs » qu’il leur fit « porter la marotte » (p. 7). Par ailleurs, à la façon des travaux de L. Boltanski, E. Claverie, N. Offenstadt, S. Van Damme (Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007) qui étudient la genèse des « affaires », dans le cadre de ce projet, le scandale à la Renaissance est considéré, comme un jalon dans la naissance et la formation du scandale moderne. Dans l’ouvrage cité, L. Boltanski et alii identifient l’affaire Calas comme un idéal-type. Les possessions ont aussi quelque chose de l’idéal-type du scandale. Le sens théologique y est présent : c’est, à l’image du scandale de la croix, une épreuve pour la foi qui fait tomber dans le péché ou au contraire apporte le salut. En outre, ces possessions sont exploitées « médiatiquement » et politiquement pour que les catholiques se retrouvent autour de valeurs considérées comme nodales comme la foi dans la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

La journée s’est ouverte par une conférence de Denis Crouzet qui a fait l’honneur aux personnes présentes de leur faire connaître en avant-première les conclusions d’une recherche qui donnera prochainement la publication d’un livre consacré aux enfants-bourreaux. L’exposé de Denis Crouzet a bien souligné que si les enfants s’acharnant sur le corps de Coligny constituent un scandale pour la sensibilité du lecteur du vingt-et-unième siècle, à l’époque, une forme de ritualisation de la violence fait, au contraire, de ces enfants des instruments innocents de la justice divine.

Le scandale de la possession : un idéal-type ?

Dans le prolongement du séminaire du 5 avril, Marianne Closson a montré combien la possession démoniaque était un objet particulièrement pertinent pour interroger la fabrique du scandale dans le cadre des conflits confessionnels européens. Les possessions sont une réponse au scandale dont sont responsables les protestants lorsqu’ils interrogent la véracité de la transsubstantiation. Le premier chapitre de la treizième session du Concile de Trente utilise le mot latin flagitium1 pour condamner précisément les hommes qui nient la vérité de la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie : « indignissimum sane flagitium est((cilii Tridentini Canones et Decreta, Coloniae Agrippinae [Cologne], Antonius Hieratus, 1621,p. 118.)) ». À ce « scandale vraiment très honteux », les catholiques répondent en quelque sorte par un autre scandale, mais qui est, celui-ci, à l’image du scandale de la croix : en effet, la possession éprouve la foi et distingue les vrais catholiques qui reconnaissent la puissance de l’eucharistie capable de libérer les possédées de leurs démons.

Concile de Trente, gravure anonyme, 1563. Source Wikimedia Commons.

De ce point de vue, le récit de la possédée Jeanne Fery2 est fascinant puisqu’il est déjà scandaleux en tant qu’il relate les conversations de la possédée avec les démons qui constituent précisément des attaques violentes contre la vérité de l’Eucharistie : les marges des éditeurs, indiquant par exemple « Horrible attentat contre la saincte hostie suggéré par les Diables », essaient d’ailleurs de contrôler la portée transgressive de ce propos. Cette portée transgressive est telle que Marianne Closson et les autres intervenant.e.s de la journée se sont demandé.e.s comment les propos échangés entre la possédée et les démons ont pu être publiés à l’époque. La réponse tient sans doute en partie dans la fin de l’extrait analysé. In extremis, le sacrement de l’Eucharistie est restauré dans sa toute-puissance. Marianne Closson a montré également que ce qui fait sans doute aussi scandale ici est la figure de femme savante qui « dispute » avec les diables. En sortant de son statut d’ignorance et d’obéissance, la religieuse a déjà quelque chose de transgressif. Pour Sophie Houdard, citée par M. Closson, la possession est peut-être aussi un lieu possible d’expression libre de propos interdits. C’est le sens de la conclusion de son article : « Jeanne Fery doit en tous cas construire le récit d’une vie aliénée pour dire paradoxalement sa curiosité et son besoin irrépressible de liberté. Aliénée, dans tous les sens du terme, Jeanne l’est sûrement, mais ses énoncés nous font encore entendre, malgré le vocabulaire démonologique, les prétentions d’une fille à la liberté de croire comme elle l’entend3 ». Marianne Closson suggère plus généralement que les cas de possessions permettent d’entendre des discours hétérodoxes nés durant les guerres civiles et qui préfigurent dans une certaine mesure les textes libertins.

Récupération politique des motifs scandaleux de la polémique française en Europe

Il est donc différent lieu des rivalités confessionnelles : le corps de la possédée est une scène où les dogmes catholiques sont attaqués4, mais les communications d’Alexander Soetaert et Emily Butterworth ont montré que si le conflit pouvait être intériorisé, il avait également une scène européenne. En effet, leurs interventions ont toutes les deux montré la diffusion européenne des motifs scandaleux véhiculés déjà par la polémique en France, en étudiant entre autres des chansons, mais aussi un libelle et une pièce de théâtre dans le généreux choix de textes analysés par E. Butterworth. Tous deux ont donné des éléments pour comprendre les modalités de circulation (organisation géographique des éditeurs, rôle des traducteurs) et ont analysé le contexte qui éclaire la récupération politique (en Angleterre ou dans les Pays-Bas espagnols) d’un récit déjà élaboré en France. Au Pays-Bas, la satire violente qui vise Henri de Navarre sert les intérêts de Philippe II qui soutient la Ligue. Au contraire, en Angleterre, la reine Elisabeth Ière a tout intérêt à favoriser la diffusion d’une légende noire de la Ligue : déjà, parce qu’elle est l’ennemie de Marie Stuart, fille de Marie de Guise, comme l’a rappelé Denis Crouzet. Elle a de même tout intérêt à attiser la haine des Espagnols et de l’Espagne avec qui elle est en guerre de 1585 à 1604.

The Ermine Portrait of Elizabeth I of England, autour de 1585, portrait attribué à William Segar. Source Wikimedia Commons.

Dans ces textes, ce n’est pas seulement le sentiment d’indignation face à la cruauté des figures de barbares (Henri de Navarre « Atile par qui vous serez massacré » dans un sonnet publié à Arras ; les Espagnols dans la traduction du Manifeste de la France) qui est mobilisé, mais aussi la honte5, honte pour ceux qui s’associeraient à une altérité transgressive, le protestant converti pour le catholique, l’Espagnol pour les ennemis de la ligue. Comme le fait remarquer Emily Butterworth, la honte est un sentiment que l’on veut susciter surtout chez les nobles, car pour eux histoire, mémoire familiale et fama se rencontrent. Le peuple n’a pas d’histoire encore. En effet, le récit scandaleux qui entraînerait le déshonneur est un récit insoutenable pour les prestigieux ancêtres : « Ha que diront la bas sous les pouldreuses lames De voz nobles aieuls les Catholiques ames, Entendans que vous suivez un Apostat pour Roy ? ». Ainsi, le « Sonnetz a ceux des trois estats de la France, qui sont devoyez et suivans le party du Biernois » est un texte qui exhibe le scandale pour le réparer, remettre dans le droit chemin ceux qui en sont sortis. La métaphore de l’« ensorcellement » est utilisée pareillement par ce sonnet et par le Manifeste de la France. Il faut faire revenir à eux ceux qui sont en état de péché. Contre Henri de Navarre ou la Ligue, les textes choisis par A. Soetaert et E. Butterworth, les armes rhétoriques sont les mêmes.

Les risques de la mémoire

Les textes et images étudiés par Rebecca Legrand font aussi opérer un déplacement du regard sur les rivalités confessionnelles, non plus depuis l’Angleterre ou les Pays-Bas espagnols, mais depuis la Floride où a eu lieu en 1565 un massacre de Français majoritairement protestants par les Espagnols qui veulent remettre la main sur la colonie. Comme le souligne Rebecca Legrand, le texte de Nicolas Le Challeux, notamment par son dispositif énonciatif, attise l’indignation, suscite l’horreur face aux Espagnols dont la cruauté est dépeinte comme extrême ainsi que le montrent ces lignes les plus saisissantes : « Lors ceste furieuse troupe rejetta sa cholere & sanglant despit sur les morts & les exposerent en monstre aux François qui restoyent sur les eaux, & taschoyent à navrer le coeur de ceux, desquels ils ne pouvoyent, comme ils eussent bien voulu desmembrer les corps : car arrachans les yeux des morts, les fichoyent au bout des dagues, & puis avec cris, hurlemens & toute gaudisserie, les jettoyent contre nos François vers l’eau ». En revanche, René Goulaine de Laudonnière passe presque sous silence ce massacre. Enfin, les illustrations de Théodore de Bry contenues dans la Brève narration des événements qui arrivèrent aux Français en Floride, province d’Amérique, de Jacques Le Moyne de Morgues (1591) ne rendent pas compte de ce massacre quasiment passé sous silence par J. Le Moyne. Théodore de Bry a pourtant représenté ailleurs la violence des Espagnols, mais dirigé contre les Indiens cette fois6.

Gravure de Théodore de Bry, dans la Narratio regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastattarum de B. Las Casas (Francfort-sur-le-Main, 1598) , source Gallica.

Il semble que, pour René Goulaine de Laudonnière, il faille effacer la mémoire d’une humiliation : humiliation des Français (sans considération pour l’appartenance confessionnelle) massacrés par les Espagnols (et ce massacre ravive sans doute aussi la mémoire des vêpres siciliennes comme le fait remarquer Denis Crouzet). Pour Théodore de Bry, il souhaiterait ne pas présenter une nouvelle fois les protestants comme des victimes. Dans sa réflexion sur les raisons de la volonté d’effacement d’un massacre de la mémoire protestante notamment, Rebecca Legrand a renvoyé à la bande dessinée de Jean Dytar qui fait cette hypothèse de protestants soucieux de ne pas se montrer à nouveau dans une posture de faiblesse après la Saint-Barthélémy. Ce parcours du Discours de Le Challeux à la bande dessinée a bien montré la complexité du processus qui conduit du scandale à la mémoire, mémoire toujours en train de se fabriquer du fait du travail d’auteurs comme Dytar et de ceux qui ne cessent d’analyser le développement et les instrumentalisations du processus mémoriel.

Faut-il raconter ou non, propager ou non la mémoire du scandale que furent les « sauteries de Mâcon » ? c’est la question que se pose Pierre Bayle bien conscient de la dimension politique de la mémoire qui peut faire ressurgir des animosités éteintes : « Ne peut-on pas donc me dire qu’il semble que j’aie dessein de réveiller les passions, et d’entretenir le feu de la haine, en répandant par-ci par-là dans mon Ouvrage les faits les plus atroces dont l’Histoire du XVI Siecle fasse mention: Siecle abominable ». Avant d’analyser l’interrogation sur le rôle de la mémoire que propose Bayle, Isabelle Moreau a déjà montré de T. de Bèze à Bayle en passant par A. d’Aubigné et de Thou le processus de transmission et parfois déformation du récit scandaleux à travers le cas horrible et carnavalesque des « sauteries de Mâcon ». Pierre Bayle (comme G. Naudé étudié en février) participe au moins tout autant à la fabrique de la mémoire qu’à l’analyse de la portée politique de la construction mémorielle. Il ne propose pas un récit, comme ceux étudiés précédemment au cours de la journée, qui serve des intérêts politiques d’un souverain, qui attise la haine mais utilise le récit historique pour tirer des leçons en montrant la responsabilité des autorités politiques et religieuses qui ont préféré défendre des idées, plutôt que la paix. Pierre Bayle pense donc la fabrique d’une histoire non-partisane, une histoire tolérante : dans celle-ci, son ironie n’épargne pas les Réformateurs, les premiers à avoir préférer la théologie à la paix. Et en effet, comme le fait remarquer Isabelle Moreau, il est difficile de comprendre cette phrase sans lui donner une dimension ironique : « Les Réformateurs en furent la cause innocente, nulle considération ne devoit les arrêter, puis que selon leurs principes il n’y avoit point de milieu, il faloit ou laisser damner éternellement tous les Papistes, ou les convertir au Protestantisme ». Bayle condamne à la fois ceux qui font dégénérer la « dissension » en conflits mortels et ceux qui font perdurer ces conflits en écrivant une histoire partisane. L’analyse du processus mémoriel faite par Bayle est une invitation à ne pas se scandaliser des erreurs d’autrui et l’histoire pareillement, selon lui, doit éteindre les feux qu’attisait à dessein la fabrique du scandale.

  1. Sur le sens de ce mot latin, voir le livre de Jean-François Thomas, Déshonneur et honte en latin Étude sémantique, Paris, Louvain, Dudley MA, Éditions Peeters, 2007, p. 176-214. Jean François évoque notamment le cas d’un flagitium (mot qu’il traduit par « scandale ») décrit par Tacite et qui est déclenché par des pièces de théâtre : il parle à son sujet de « trouble social profond », remarque que ce mot est décrit à l’aide d’un vocabulaire qui évoque les conflits militaires ou les guerres civiles comme seditiose et ajoute « L’impact de l’action scandaleuse ébranle les positions établies, et “flagitium” s’emploie comme le complément du passif concuti » (p. 190). Voir aussi la synthèse (p. 212-214) : « Flagitium est en somme le terme de la parole de la vie sociale, exprimant les réactions immédiates de la collectivité face à ce qui la heurte ». []
  2. Publié dans L’Histoire admirable et veritable des choses advenues à l’endroict d’une religieuse […] possedee du maling esprit et depuis delivree, dont on trouve une édition (Paris, Claude de Monstre œil, 1586) sur Gallica. []
  3. Sophie Houdard, « Une vie cachée chez les diables. L’irréligion de Jeanne Fery, ex-possédée et pseudo-religieuse », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 04, 2009, mis en ligne le 26 juillet 2009, consulté le 16 juillet 2019. []
  4. C’est Marianne Closson a utilisé cette métaphore selon laquelle le corps de la possédée est le lieu d’une guerre de religion. []
  5. Sur le lien entre scandale et déshonneur, voir le livre déjà cité de Jean-François Thomas, Déshonneur et honte en latin. []
  6. Voir à ce sujet l’article de Gregory Wallerick : « La guerre par l’image dans l’Europe du XVIe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 149, 2010, p. 33-53. []

Retracer la circulation et la transformation des images et récits scandaleux – Programme de la journée du 14 juin 2019

Salle 4, MESHS, 2 Rue des Canonniers, 59000 Lille

Lors de cette journée, chaque participante ou participant apporte un ensemble de textes et/ou d’images dont le caractère scandaleux est lié aux troubles politiques et religieux et le présente. L’analyse des textes, lus préalablement par l’ensemble des intervenants (textes et images sont téléchargeables à la fin de cet article), fera ensuite l’objet d’une discussion collective. À l’issue des échanges du 8 février 2019, un ensemble de traits définitoires des « récits scandaleux » avait été mis en avant (Voir le compte rendu) et le séminaire du 5 avril 2019 a permis d’appréhender plus précisément la notion de scandale dans ses aspects théologiques, politiques et juridiques (Voir le compte rendu). La rencontre du 14 juin visera plus particulièrement à montrer les ressorts de la circulation et des transformations des récits et images de violence jugés scandaleux, en s’intéressant aux moyens de diffusion, en observant les glissements (du domaine confessionnel à la politique par exemple), les connexions établies entre des faits historiques ou légendaires divers dans le temps et l’espace, les moyens rhétoriques mis en œuvre pour souligner la transgression ou le scandale ou au contraire pour les effacer.

8 h 45 Accueil

Matinée

9 h 00 – 9 h 30 Introduction, B. Perona (UPHF).

9 h 30 – 10 h 30 Conférence inaugurale de Denis Crouzet (Sorbonne-Université)

“Récits inhumains : enfants bourreaux du royaume de France dans les années 1559-1572”

Pause

10 h 45 – 11 h 30 Alexander Soetaert (KU Leuven)

Textes étudiés : Jean Loys, ‘Sonnetz a ceux des trois estats de la France, qui sont devoyez & suivans le party du Biernois’, dans: Joseph Estienne, Exhortation avx Evesqves, prestres et gens d’Eglise, Arras : Guillaume de La Rivière, 1592 ; Chanson nouvelle sur la prinse et deffaicte de la ville, et Chasteau de Dourlens, Lille: Anthoine Tack, 1595 (reproduit dans Recueil de pièces historiques imprimées dans les provinces Françaises au XVIe siècle, éd. par Emile Picot, Paris, 1913, pièce IX) ; Chanson nouvelle sur la prinse de Callais, Arras: Jean Bourgeois, [1596] (reproduit dans Recueil de pièces historiques imprimées dans les provinces Françaises au XVIe siècle, éd. par Emile Picot, Paris, 1913, pièce X).

11 h 30 – 12 h 15 Emily Butterworth (King’s College London)

Textes étudiés : The Discouerer of France to the Parisians, and all other the French Nation. Faithfullie translated out of the French by E. A. Imprinted. 1590. 13 pages, 11 x 18 cm [Traduction du Manifeste de la France. Avx Parisiens, et a tovs les Francois. (Tours : 1590), 32 pages, 9 x 15 cm]. Le texte français est en ligne ici.]

An excellent Ditty made upon the great victory, which the French king obtayned against the Duke de Maine, and the Romish Rebels in his kingdome, upon Ashwednesday being the fourth day of March last past. 1590. To the tune of the new Tantara. On peut lire la chanson ici.

THE MASSACRE AT PARIS: With the Death of the Duke of Guise. As it was plaide by the right honourable the Lord high Admirall his Seruants. Written by Christopher Marlow. AT LONDON Printed by E. A. for Edward White, dwelling neere the little North doore of S. Paules Church at the signe of the Gun [1592?].

12 h 15 – 14 h 00 Déjeuner

Après-midi

14 h 00 – 14 h 45 Marianne Closson (Université d’Artois) 

Textes étudiés : L’Histoire  admirable et veritable, des choses advenues en la ville de Mons en Hainaut, à l’endroit d’une religieuse possedee, et depuis delivree , Paris, Gilles Blaise, 1586 (BNF : NUMM-1520740) et un extrait du Concile de Trente consacré à l’Eucharistie

14 h 45 – 15 h 30 Rebecca Legrand (Université de Lille)

Textes étudiés : Nicolas Le Challeux, Discours de l’Histoire de la Floride, contenant la cruauté des Espagnols, contre les subjets du Roy, en l’an mil cinq cens soixante cinq, Dieppe, 1566 ; René de Laudonnière, L’Histoire notable de la Floride situee ès Indes Occidentales, contenant les trois voyages faits en icelle par certains Capitaines & Pilotes François, descrits par le Capitaine Laudonniere, qui y a commandé l’espace d’un an trois moys : à laquelle a esté adjousté un quatriesme voyage fait par le Capitaine Gourgues, Paris, Guillaüme Auvray, 1586.

 Pause

15 h 45 – 16 h 30 Isabelle Moreau (ENS Lyon)

Textes étudiés : Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique des Eglises Réformées au royaume de France ; Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, tome II (Livres III et IV), éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1982, chap. VII « Divers exploicts de guerre en Lyonnois, Dauphiné, Provence et Languedoc, avec les premiers exploicts du Baron des Adrets » ; Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, éd. J.-R. Fanlo, Paris, H. Champion, 2003, t. I, livre V “Les Fers”, v. 671-673 ; Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle de Jacque-Auguste de Thou, Depuis 1543 jusqu’en 1607, trad. sur l’éd. latine de Londres, tome IV, 1560-1564, Londres, 1734 : livre XXXI, p. 283 ; Article « Mâcon » et article « Beaumont (François de) Barons Des-Adrets » du Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle ; article « Mâcon » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

16 h 30 – 17 h 15 Isabelle Moreau et Blandine Perona : Les suites du projet (Publication et prolongements : enfance et transmission confessionnalisée).

Approches pluridisciplinaires de la notion de scandale : compte rendu du séminaire

Ce séminaire visait à poursuivre le travail d’exploration de la notion de scandale commencé lors de la journée du 8 février 2019. Il a donné lieu à quatre contributions successives : Yves Junot, a précisé le sens politique de ce mot à la lumière d’occurrences présentes dans les traités de pacification ; Anne-Pascale Pouey-Mounou  est revenue sur le sens théologique du « scandale » et les modifications qu’il a subies du fait de la Réforme ; Marianne Closson, en étudiant des cas de possessions et d’exorcismes spectaculaires, a mis en évidence une lecture et théologique et politique de ces scandales qui réitèrent en quelque sorte le scandale de la croix du point de vue des catholiques ; Solange Ségala-de Carbonnières enfin a apporté le regard du droit sur le scandale.

Le sens théologique : la pierre de scandale

Le scandale chez Saint Thomas

Le sens théologique présenté par Anne-Pascale Pouey-Mounou correspond au sens premier du mot. Le scandalum est la pierre qui fait trébucher le pécheur et peut entraîner la ruine de son âme. Dans la Somme théologique de Saint Thomas, le scandale s’oppose à la charité. Anne-Pascale Pouey-Mounou a également éclairé la distinction faite par Saint Thomas entre scandale actif et scandale passif d’une part et celle faite entre scandale des Pharisiens (scandale par malice) et scandale des faibles. La première distinction invite à interroger les intentions de celui ou celle qui scandalise ; la seconde amène Thomas à développer, selon le terme d’Anne-Pascale Pouey-Mounou, une idée de responsabilité des chrétiens qui, par charité, doivent préserver les faibles. Cette conception du scandale implique une forme de conservatisme et de maintien du respect de la Loi pour, précisément, ne pas choquer la foi des faibles ou des petits.

Le scandale du point de vue des protestants

Les problèmes des protestants, comme l’a bien montré Anne-Pascale Pouey-Mounou, sont tout autres, puisque, pour eux au contraire, la Loi en vigueur et la paix qu’elle préserve sont scandaleuses. Il faut, par conséquent, briser cette paix et c’est pourquoi les protestants citent souvent cette phrase de l’Évangile de Saint Matthieu « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je n’y suis pas venu apporter la paix, mais l’épée ». La question du scandale est aussi centrale parce que les protestants forment des communautés nouvelles qui s’interrogent sur ce qu’il est véritablement important de respecter ou au contraire, sur les comportements qu’il faudrait interdire parce qu’ils seraient effectivement scandaleux au sein de la communauté nouvellement constituée ; la notion de scandale est alors articulée avec celle de « scrupules ». Cette nouvelle façon d’aborder les choses amène un déplacement où ce n’est plus la charité qui est mise en avant, mais la liberté. Ainsi, dans le De scandalo de Melanchton, se trouve l’idée qu’il faut se libérer des scrupules : la loi attache, quand la foi doit apporter la liberté. De même, dans l’Institution chrétienne de Calvin, la question du scandale est traitée dans le chapitre consacré à la liberté. Il faut ne pas respecter la Loi scandaleuse instaurée par les Catholiques et opposer au scandale du Monde le scandale de la Croix. L’analyse d’A.-P. Pouey-Mounou a en outre mis en valeur des variations sur la façon de concevoir ce que sont les faibles, victimes du scandale, entre Érasme, Luther et Calvin. Pour Érasme, il y a bien un peu de pharisaïsme dans l’opinion du peuple, il faut néanmoins le ménager et par conséquent, chez Érasme, le scrupule (parfois intégré dans le syntagme « scrupule du scandale ») a un sens positif. Luther, lui, considère qu’il faut passer outre le scandale et par conséquent ne pas être retenu par les scrupules qui empêchent de faire éclater le scandale de la Croix. Le Traité des scandales de Calvin, publié en 1550, va dans le même sens. Les faibles selon Calvin ne trébuchent pas, mais plus activement se heurtent contre la pierre de scandale ; ils manquent de fermeté dans la foi et il faut par conséquent ne pas aller dans le sens des faibles qui pèchent précisément du fait de cette absence de fermeté et ne pas avoir peur de les scandaliser. Il y a de la malice dans la faiblesse des petits et il faut l’extirper. Anne-Pascale Pouey-Mounou signale n’avoir trouvé que chez Calvin cette idée selon laquelle il y a une forme d’inclination (mauvaise) du peuple à rester dans un état de scandale.

Ainsi, Saint Thomas et Calvin ont le souci de la communauté et des faibles et conjuguent responsabilité théologique et responsabilité sociale, mais pour l’un, il faut protéger les faibles du scandale par charité ; pour l’autre, il faut exercer la liberté de sa foi sans être retenu par les scrupules de scandale, car les faibles sont dans un état scandaleux de péché.

Le droit et la notion de « scandale »

Solange Ségala-de Carbonnières a fait le choix de ne faire porter que très peu sa communication sur le droit canonique, puisque le droit canonique s’appuie sur les distinctions thomistes éclairées par A.-P. Pouey-Mounou (scandale actif/scandale passif et scandale pharisaïque/ scandale des faibles). En propos liminaire, elle prévient en outre que, étant donné que le « scandale » n’est pas un terme proprement juridique et que, de plus, le droit romain est en quelque sorte intrinsèquement méfiant à l’idée de définir une fois pour toutes un terme, son intervention ne pourra pas donner de définition juridique du terme, en revanche elle visera à montrer comment le droit a pu utiliser cette notion dont l’usage lui a été en réalité de plus en plus imposé par la politique. Le corpus de textes analysés lors du séminaire peut être téléchargé ici.

Amené sans scandale :

Le mot scandale est présent néanmoins dans un syntagme proprement juridique : l’« amené sans scandale ». Il s’agissait d’une ordonnance « en vertu de laquelle, un accusé contre lequel il n’y avoit pas grandes charges, et dont le crime n’étoit pas énorme, le juge l’envoyoit quérir, sans scandale, par un Huissier pour l’interroger et après le renvoyoit chez lui » (Dictionnaire de droit et de pratique, Claude-Joseph de Ferrière, Toulouse, J. Dupleix, 1779, p. 86). Mais l’ordonnance criminelle de 1670 met fin à cette pratique dans l’article 17 du dixième titre : « Défendons à tous juges, même des officialités, d’ordonner qu’aucune partie soit amenée sans scandale ». Cet article souligne le désir qu’a la justice d’État de montrer qu’elle intervient lorsqu’il y a transgression de la loi.

Monitoire

L’histoire du monitoire révèle pareillement une volonté d’étendre le pouvoir de la justice d’État, ainsi que le montre bien le travail d’Éric Wenzel Il rappelle l’histoire de cette procédure : « Au temps de la chasse aux hérétiques par les inquisiteurs de l’époque médiévale, […] l’emploi de la monition à fin de révélations, décrété dès la fin du XIIe siècle (décrétale d’Alexandre III de 1170), s’avérait un bon moyen de délier les langues en vouant les témoins récalcitrants à la damnation »1. Par le monitoire, le clergé force les fidèles à témoigner sous peine d’excommunication. Bientôt, en effet, la justice royale se sert de cette procédure : « Avec le renforcement de la justice d’État et celui d’une procédure criminelle progressivement renforcée et rationalisée, jusqu’à la grande ordonnance d’août 1670, l’Église gallicane et ses clercs sont dorénavant invités à servir la justice royale, et les témoins sont, dans les derniers siècles de l’Ancien Régime, contraints d’obéir aux commandements de magistrats laïques secondés par un clergé subordonné. Telle est l’origine du monitoire à fin de révélations, officiellement introduit dans la procédure pénale par l’ordonnance colbertienne, mais en réalité pratiqué dès le XVIe siècle, voire plus tôt, par les parlements, puis les tribunaux inférieurs et subalternes »2.  L’Édit portant règlement pour la juridiction ecclésiastique d’avril 1695 étudiée par Solange Ségala-de Carbonnières précise dans quelles conditions on recourt à ces monitoires : ils sont décernés « pour des crimes graves et des scandales publics ». Cet édit montre aussi une volonté de clairement séparer les tâches du clergé et de l’État : aux archevêques et évêques, la « connaissance et le jugement de la doctrine concernant la religion », aux cours de parlements et aux autres juges, la « réparation du scandale, et trouble de l’ordre et tranquillité publique, et contravention aux ordonnances, que la publication de ladite doctrine aura pu causer ». Ce texte qui est postérieur de 10 ans à la Révocation de l’Édit de Nantes montre donc bien comment le scandale devient purement une affaire d’État, parallèlement aux controverses théologiques et presque indépendamment de celles-ci.

Scandale et ordre public 

Après ces exemples qui montrent le renforcement d’une justice d’État qui veut punir les fauteurs de scandale, Solange Ségala-de Carbonnières a analysé un arrêt du Parlement de Bordeaux daté du 18 septembre 1646 qui montre comment le scandale a eu lieu lors d’une procession du Saint Sacrement : « ceux de la R.P.R. [Religion prétendue réformée] de la présente Ville, se rendent tellement irrespectueux et insolens contre le S. Sacrement de l’Autel, que se trouvans dans les ruës au rencontre des Curez revestis d’Estolle et de Surpelis, portans le S. Sacrement de l’Autel sous le Poisle aux malades, ils ne daignent pas salüer le S. Sacrement, ny fléchir le genoüil, ny se retirer dans leurs maisons, comme ils sont tenus et obligez par les Edits du Roy et Arrests de la Cour. Au contraire ils sont si hardis et si scandaleux, que souvent ils passent et repassent par lesdites ruës ayans le chapeau sur leur teste, et vont par un mépris intolérable le chapeau sur la teste aborder lesdits Curez ». Plusieurs fois, le texte de cet édit recommande aux protestants de « se retirer dans les maisons prochaines sans scandale ». Les protestants, s’ils ne saluent pas le Saint Sacrement, sont « impies et scandaleux » et en cela risquent de causer l’« émotion » du peuple. Depuis l’Édit de Nantes, le scandale procède très largement de la manifestation, par les protestants, de leur foi dans l’espace public. Comme le souligne Solange Ségala, le commentaire de Jean Filleau dans ses Décisions catholiques de 1668 confirme parfaitement ce point : ils sont « obligez d’honorer au moins exterieurement et Politiquement le Tressainct Sacrement de l’Autel », car « il ne leur sera jamais permis en public et au scandale des Sujets du Roy, de mépriser la Divinité qui est adorée par leur Prince […] ». Le commentaire distingue alors bien le « respect (au moins) extérieur » et la « liberté de conscience » accordée aux Protestants. Ils peuvent être protestants, tant que cette foi reste invisible dans l’espace public. Solange Ségala conclut alors que pensée du scandale et pensée des libertés publiques vont de pair. Marianne Closson souligne plus la dimension répressive de cette législation en reformulant ainsi la même idée : le scandale circonscrit tout ce qu’on ne veut pas voir dans l’espace public.

L’étude qu’a proposée S. Ségala-de Carbonnières d’un autre arrêt – arrêt du parlement de Dijon, du 26 janvier 1677 – montre pareillement comment s’étend l’emprise du pouvoir de la justice du Prince et comment, corrélativement, la notion de scandale se sécularise : un curé a autorisé un paysan de Minot a travaillé durant la messe, l’arrêt stipule alors que « que la permission du Curé ne servoit qu’à empêcher le péché, mais que le scandale demeuroit, et que le Juge seul pouvoit l’empêcher ».  Ici, l’exemple est éloquent sur la sécularisation du mot : le péché et le scandale sont séparés, le péché est le problème du curé, mais le scandale celui de la justice d’État. Le scandale est, par conséquent, l’événement qui se distingue par sa capacité à perturber l’ordre public, de plus en plus distinct de considérations théologiques. C’est ce que montre également la lettre circulaire du parlement de Franche-Comté aux juges de son ressort de mars 1689 à propos des injures (lettre datée de mars 1689) : si l’injure « cause un scandale de conséquence », elle relève d’un procès pénal, dans les autres cas, elle ne relève que de l’action civile.

Cet exemple permet à Solange Ségala de conclure en indiquant que le scandale est une circonstance aggravante et non un délit. Sa communication a en outre bien montré comment le scandale est instrumentalisé par l’État pour assurer l’ordre public. Les édits de pacification3 le montrent de façon exemplaire : ils visent à interdire les « paroles scandaleuses », les « actes scandaleux et séditieux », mais aussi à interdire progressivement le port d’armes « pour éviter que les peuples armez ne feissent aucun scandale n’entreprinse », ainsi qu’il est dit dans l’Édit de confirmation de l’édit de pacification du 19 mars 1562, et défense du port d’armes4 (Rouen, Août 1563) .

Contre le scandale, pardons ou réconciliations

La communication de Yves Junot complète cette vision d’une intervention de l’autorité publique grandissante. Elle offre aussi un point de comparaison avec le cas français puisque ses analyses portent sur les Pays-Bas. Les Pays-Bas présentent par exemple la particularité de parfois faire passer l’hispanophobie avant les rivalités confessionnelles. Le sac d’Anvers de 1576 contribue tout particulièrement à susciter une haine unanime : dans ce cas, la violence extrême est perçue comme la violence venant d’étrangers. Suite aux guerres civiles, les formes nouvelles d’encadrement visent, en empêchant le scandale, à mettre fin à la monstruosité que constitue la sédition qui divise ce qui doit être un. La gravure de Dirck Volckertz choisie par Yves Junot en donne une illustration saisissante.

Seditio, ou la séparation des Pays-Bas, Dirck Volckertsz. Coornhert, d’après Adriaan de Weerdt, 1604. (Source : Rikjsmuseum)

L’action publique vise donc à mettre fin à un désordre présenté et perçu comme contre-nature. Dans un article antérieur, Yves Junot a précisé le cadre général de cette politique de réconciliation qui vise en particulier à éviter le scandale public : « Après l’échec de la politique ultrarépressive du duc d’Albe et la promulgation de pardons généraux en 1570 et 1574, une autre voie négociée voulue par les Habsbourg s’esquisse. Préparée par la Pacification de Gand (1576), scellée par l’Union et la Paix d’Arras (1579), étendue aux villes wallonnes reconquises (Tournai en 1581, Cambrai en 1595), la politique de réconciliation fonde un nouveau pacte de gouvernance entre le prince naturel, Philippe II d’Espagne, la noblesse et les pouvoirs locaux des provinces méridionales, autour du choix exclusif du catholicisme romain et tridentin. Tournant le dos aux méthodes violentes, cette nouvelle stratégie destinée à rétablir la paix permet de renouer le dialogue entre le roi et ses sujets par le pardon et la réconciliation. En particulier sous la gouvernance du duc de Parme Alexandre Farnèse (1578-1592), l’idée de “gagner les cœurs” sous-tend la politique de retour à l’ordre »5.

Les textes de « réconciliation » visent à mettre fin au scandale. Ces réconciliations peuvent être individuelles. On exige alors de la personne qu’elle revienne à la foi catholique et qu’elle obéisse au prince. La « réconciliation » peut concerner une ville entière comme le montrent le texte de la Réconciliation de la ville de Tournai (1581) ou encore le Pardon de la ville de Dunkerque (1584). L’idée est toujours à peu près la suivante : « tous les bourgeois pourront librement demeurer, … pourveu qu’ils vivent sans scandal et selon les justes et légittimes ordonnaces de Sa Majesté » (Réconciliation de la ville de Tournai).

Un problème théologique, juridique et politique : le scandale des possessions

Les possessions démoniaques et leur instrumentalisation dans le cadre des rivalités confessionnelles

Marianne Closson donne, avec les possessions, un exemple de scandale qui repose à la fois sur une acception théologique et sur une acception politique du mot. Elle précise que le phénomène des possessions s’est développé après l’apparition de la religion réformée. Les cas répétés de possessions démoniaques sont pour la propagande catholique une manière de montrer que la foi catholique est la foi véridique, car l’hostie est l’instrument utilisé par l’exorciste et les catholiques les plus intransigeants interprètent l’exorcisme comme une façon d’exorciser les protestants du corps de la France.

Exorcisme à Notre-Dame de Laon, fac similé d’une gravure du Manuel de la victoire du corps de Dieu sur l’Esprit malin (1572) (dans Paul Lacroix, Vie militaire et religieuse au moyen âge, 1877, p. 465 ; source Wikimedia commons)

Marianne Closson évoque plusieurs possessions : celle d’Antoinette Grolée, racontée dans la Merveilleuse histoire de l’esprit qui depuis naguères s’est apparu au monastère des religieuses de Saint-Pierre de Lyon (1528) : l’exorcisme présente alors l’avantage certain de confirmer les dogmes catholiques et en particulier celui de l’existence du Purgatoire, car l’exorcisme en délivrant Antoinette, délivre aussi sa sœur qui en obtenant le pardon de ses péchés peut finalement être sauvée. Marianne Closson développe aussi le célèbre cas de possession de Nicole Aubry de Vervins (1566). Cette jeune fille est d’après les récits catholiques possédée par une armée de démons. Lors de l’exorcisme par l’évêque de Laon, Belzébuth déclare que les démons se sont rendus à Genève. M. Closson cite alors Jules Michelet, qui, dans la Sorcière, écrit à propos des possessions démoniaques : « Satan se fait ecclésiastique ». Guillaume Postel a écrit à propos du « miracle de Laon », ainsi que son élève Jean Boulaese qui publie en 1573 l’Abrégée l’histoire du grand miracle fait par notre Sauveur et Seigneur Jésus Christ à Laon, 1566. Suit en 1578, la publication par le même auteur, du Trésor et histoire de la victoire du corps de Dieu sur l’esprit malin de Belzébuth. Belleforest revient aussi sur cet événement dans ses Histoires prodigieuses en 1571. Selon lui, l’année 1565 fut une année de licence insupportable et c’est pourquoi Dieu s’est manifesté à Laon.

Un autre cas de possession, celui de Marthe Brossier qui survient en 1598, date de la promulgation de l’Édit de Nantes, devient, selon le mot de Robert Mandrou, une « affaire d’État » qu’Yves Durand décrit en ces termes : « l’affaire de Marthe Brossier, la possédée de Romorantin, une affaire de première importance, puisqu’elle ne concerne pas moins que la paix civile au lendemain de la publication de l’édit de Nantes. Les capucins et non des moindres (Benoît de Canfield) multiplient les exorcismes à Saumur et à Paris ; mais la possédée risque d’ameuter la population contre les huguenots, ce qui inquiète le Parlement de Paris. En avril 1599, l’évêque Pierre de Gondi désigne Bérulle comme exorciste à la place de Canfield […]. Les capucins sont encore pénétrés par l’esprit de la Ligue. On affirme que la signature de l’édit de Nantes aurait provoqué l’intervention des démons »6. Comme cette affaire qui divise non seulement libertins et croyants mais aussi fidèles au roi et séditieux devient en effet menaçante pour Henri IV, on soumet la démoniaque à une juridiction temporelle. Elle est emprisonnée à la prison du Châtelet. Lorsqu’elle est interrogée, elle récite des passages entiers écrits par Boulaese. On la renvoie ensuite à Romorantin auprès de sa famille, mais des ligueurs la font s’échapper pour la mener jusqu’au Pape. Des émissaires du roi empêchent la rencontre. Au XVIIe siècle, se succèdent de nouveaux épisodes de possessions démoniaques : Aix, Loudun, Louviers. Jules Michelet a souligné que chaque affaire se déroule selon le même scénario : « Les trois affaires sont unes et identiques. Toujours le prêtre libertin, toujours le moine jaloux et la nonne furieuse par qui on fait parler le Diable, et le prêtre brûlé à la fin ».

La possession démoniaque comme scandale

Les possessions démoniaques constituent sans aucun doute un scandale dans son sens le plus récent, comme le fait remarquer Marianne Closson : elles réunissent « sexe, mort et trahison » ! Michel de Certeau a d’ailleurs parlé à leur sujet du « cirque de la possession ». À l’époque, protestants et catholiques n’ont pas manqué de railler la complaisance avec laquelle on a pu regarder, voire toucher le corps des femmes qui pouvaient se trouver dans des états cataleptiques spectaculaires. Le sonnet 97 des Regrets, cité par Marianne Closson, suffit à le montrer :

Doulcin, quand quelquefois je voy ces pauvres filles
Qui ont le diable au corps, ou le semblent avoir,
D’une horrible façon corps et teste mouvoir,
Et faire ce qu’on dit de ces vieilles Sibylles :

Quand je vois les plus forts se retrouver debiles,
Voulant forcer en vain leur forcené pouvoir :
Et quand mesme j’y voy perdre tout leur sçavoir
Ceux qui sont en vostre art tenus des plus habiles :

Quand effroyablement escrier je les oy,
Et quand le blanc des yeux renverser je leur voy,
Tout le poil me herisse, et ne sçay plus que dire.

Mais quand je voy un moyne avecque son Latin
Leur taster hault et bas le ventre et le tetin,
Ceste frayeur se passe, et suis contraint de rire.

En outre, ces possessions même si elles ont pu susciter la raillerie, ont bien pris une dimension d’événement qui risquait de menacer l’ordre public. Lors de l’arrestation de Marthe Brossier, par exemple, on a craint l’« émotion » du peuple. Elles sont bien un scandale dans le sens politique également mis en évidence par Solange Ségala-de Carbonnières et Yves Junot. Mais Marianne Closson montre qu’en outre il y a pu avoir une lecture théologique, sans doute propre à la Contre-Réforme, de ces événements comme scandales, autrement dit, comme épreuves de la foi. Les possessions en quelque sorte réitéreraient le scandale de la croix. Comme la résurrection, ce sont des événements qui sauvent les hommes et les femmes qui croient en l’intervention divine, lorsqu’ils en sont témoins et qui divisent en outre, ceux qui seront sauvés et ceux qui seront damnés. Marianne Closson analyse deux textes qui peuvent aller dans ce sens. Elle présente déjà le Le Scandale de Jésus Christ dans le monde, presché par le sieur Hersent dans l’église de Sainct Gervais, texte de 1644 de Charles Hersent dans lequel l’auteur rappelle en quoi le Christ est triplement scandaleux : de par sa vie humble et sans respect de la loi déjà ; de par sa mort infâme également ; enfin, de par sa doctrine selon laquelle il donne sa chair pour que transpire pour les hommes la vie de son Père. Marianne Closson insiste tout particulièrement sur la revendication d’un scandale proprement catholique du fait de l’Eucharistie et de la doctrine de la transsubstantiation et se demande si ce n’est pas là une lecture propre à la Contre-Réforme qui répondrait aux accusations polémiques de cannibalisme que font les protestants aux catholiques. La résurrection a provoqué un premier schisme. Un scandale en quelque sorte se rejoue avec la Réforme. Que la Réforme est une nouvelle épreuve pour la foi et notamment à travers les possessions démoniaques, c’est ce que pense Bérulle, selon les analyses de Marianne Closson. Bérulle a été exorciste de Marthe Brossier et écrit, en 1599, le Traicté des énergumènes en réponse au Dr Marescot qu’il considère comme un libertin parce que lui avait conclu que cette prétendue possession n’était qu’une simulation. Marianne Closson montre alors que Bérulle lit bien la possession comme un nouveau scandale, où l’intervention du démon sert le dessein de la Providence qui est de réitérer le scandale de la croix. L’intervention du démon est une nouvelle occasion d’éduquer les âmes rebelles. Le scandale réside alors dans cette « école du diable ».

Les communications d’Anne-Pascale Pouey-Mounou et Marianne Closson ont ainsi bien montré comment la notion de scandale a été infléchie et instrumentalisée par la théologie de la Réforme et de la Contre-Réforme durant les guerres civiles : mise en avant de la liberté plutôt que de la charité et condamnation du scrupule de scandale chez les Protestants ; interprétation des possessions démoniaques comme une réitération du scandale de la Croix pour les catholiques de la Contre-Réforme. Les interventions d’Yves Junot et Solange Ségala ont expliqué et illustré comment, parallèlement, un sens politique de la notion va pouvoir exister tout à fait indépendamment de son acception théologique. Les quatre contributions ont souligné en outre l’intrication entre les notions de scandale (comme position paradoxale, comme violence à la doxa7), d’espace public et d’opinion publique, opinion publique qui devient d’autant plus manifeste qu’elle est divisée. Les rivalités confessionnelles, jamais totalement indépendantes d’enjeux politiques, ont par conséquent donné une importance nouvelle au scandale et à sa médiatisation tout en permettant paradoxalement sa sécularisation.

  1. Chapitre 7. « Forcer les témoignages : le délicat recours au monitoire sous l’Ancien Régime », Les Témoins devant la justice : Une histoire des statuts et des comportements, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003 (disponible en ligne, généré le 08 avril 2019). []
  2. Ibid. []
  3. On peut prendre connaissance des textes de l’Édit de Nantes et de ses antécédents sur le site de l’École des Chartes []
  4. Le texte complet de cet édit peut être également lu dans le Recueil général des anciennes lois françaises, éd. Isambert et alii, Paris, Belin, 1829, p. 143 et sq. []
  5. « Pratiques et limites de la réconciliation après les guerres de religion dans les villes des Pays-Bas méridionaux (années 1570-années 1590) », Revue du Nord, 395, 2012/2, p. 327-346 (Paragraphes 1 et 2 dans la version numérisée sur Cairn). []
  6. « Regard sur la théologie politique de Bérulle », Dix-septième siècle, 213, 2001/4, p. 713-720, paragraphe 4 dans la version numérisée sur Cairn). []
  7. Anne-Pascale Pouey-Mounou a rappelé à ce titre que les thèses de Luther étaient intitulées « paradoxes » []

5 avril 2019 : Approches pluridisciplinaires de la notion de scandale (16e et 17e siècles)

Vendredi 5 avril 2019

Salle 1, MESHS, 2 Rue des Canonniers, 59000 Lille

Org : Y. Junot et B. Perona

Dans le prolongement de la journée du 8 février qui a permis de mieux penser l’articulation entre scandale et mémoire (voir le compte rendu en ligne ici), cette séance de séminaire permettra de continuer à mieux appréhender la forte polysémie de la notion de scandale au XVIe et XVIIe siècles. Cette matinée de séminaire sera l’occasion de confronter approches théologique, politique, anthropologique et juridique de celle-ci.

9 h 30 Accueil

9 h 45 Introduction Yves Junot (UPHF) et Blandine Perona (UPHF) sur l’articulation entre mémoire et scandale et la présence de la notion de scandale dans les traités de pacification.

10 h 15 – 10 h 45 Enjeux théologiques du scandale par Anne-Pacale Pouey-Mounou (Sorbonne-Université)

Discussion

11 h 00 Pause

11 h 15 – 11 h 45 La possession démoniaque comme objet de scandale(s) : approche historique et anthropologique de la notion par Marianne Closson (Université d’Artois)

11 h 45 – 12 h 15 La définition juridique du scandale : délit ou simple circonstance aggravante ? par Solange Ségala-de Carbonnières (UPHF)

Discussion finale avec la participation de Mathilde Bernard (Université Paris Nanterre)

12 h 30 Déjeuner

Compte-rendu de la journée d’étude du 8 février 2019

La journée du 8 février 2019 a permis de mieux penser les articulations entre scandale et mémoire des violences extrêmes durant les guerres civiles à la lumière de textes [téléchargeables ici] qui ont fait l’objet d’une présentation d’une quinzaine de minutes. Chaque présentation était suivie d’échanges qui ont permis de croiser analyses littéraires et rhétoriques et approches historiques.

Étaient présentes et présents (en plus des trois organisatrices et organisateur, Yves Junot, Blandine Perona, Enrica Zanin) : Mathilde Bernard, Thibault Catel, David El Kenz, Ullrich Langer, Rebecca Legrand, Isabelle Moreau, Anne-Pascale Pouey-Mounou, Zoé Schweitzer, Nelly Sciardis. Que toutes et tous soient remercié.e.s chaleureusement pour leur participation généreuse à la réflexion collective !

Scandale et mémoire au temps des guerres civiles :

L’introduction s’appuyant sur une étude lexicographique (B. Perona, E. Zanin), a permis de repréciser les trois principales acceptions du mot « scandale » au XVIe siècle. Elle a en outre précisé (Y. Junot) quels étaient les charnières historiques et les principaux acteurs présents à l’arrière-plan des textes étudiés au cours de la journée.

Les définitions données par le Dictionarie of the French and English Tongues, compiled by Randle Cotgrave (1611) permettent de synthétiser les résultats d’une recherche fondée sur l’interrogation d’un corpus large (interrogation sur les textes de frantext de 1550 à 1650). Le premier sens retenu par Cotgrave est offence, occasion or cause of another mans sinning. Il renvoie au sens étymologique, évoquant la pierre sur laquelle on trébuche et qui fait tomber dans le péché. Le deuxième sens (imputation or slander) renvoie à l’idée d’une parole empoisonnée, calomnieuse qui peut avoir des conséquences sur l’honneur ou la réputation d’une personne. Le texte étudié par Ullrich Langer, par exemple, montre bien comment s’articulent scandale et renom ou fama. Enfin, le dernier sens (a slurre, tumult, uprore) renvoie au bruit que fait le scandale et qui peut générer le désordre.

Le sens théologique a pris une couleur fortement polémique et conflictuelle dans le cadre des guerres civiles et en particulier du fait de la publication du traité Des scandales de Jean Calvin en 1550. Le glissement au sens 3 s’explique assez aisément : le scandale-péché par le bruit qu’il entraîne perturbe l’ordre public. Pour ne donner qu’une illustration, voici un exemple des déclinaisons possibles de ces deux sens dans un libelle intitulé Discours des terribles et merveilleux signes evidens de l’advenement de l’Antechrist, texte publié en 1583. Ce texte anonyme est écrit par un catholique qui appelle à contempler les scandales ou péchés des huguenots comme annonciateurs de la fin des temps : « monsieur S. Paul docteur apostolique, predit aussi des signes qui seront aux jours derniers du temps melancholique, que tous pechez sur terre regneront, aucuns dit il lors se divertiront de vive foy, en scandale et blaspheme si imprudens qu’ils n’aymeront qu’eux mesme, et seront tous si prochains de malheur, qu’en ce temps plein de douleur extreme adhereront aux esprits d’erreur, voyons nous pas tous ces merveilleux signes, que nous rescrit le dessusdit S. Paul ? ». Le texte montre bien comment l’on glisse d’un sens religieux à un sens plus politique ; le péché des « faux prophetes » entraîne une instabilité politique extrême : « ne voy cy pas le temps et la saison des dessusdits faux prophetes meschans qui doivent tous contre Dieu, et raison seduire aucuns de bourgades et champs ? […] ils sont si plains de scandale, et desordre qu’il n’y a Roy, Empereur, ne iustice, qui à leur faict puisse mettre aucun ordre ».

Dans le contexte de conflits confessionnels, bien souvent, c’est l’autre, le catholique ou le protestant, qui est le fauteur de scandale. Néanmoins, celui par qui le scandale arrive, n’est pas toujours condamnable et, on le sait, le Christ lui-même est pierre de scandale et dans ce cas, la faute n’est pas chez celui qui provoque le scandale, mais chez celui qui se scandalise. Jean Calvin joue de cette ambiguïté et, comme l’a montré Anne-Pascale Pouey-Mounou1, brouille les catégories mises en place par la Somme Théologique. Thomas d’Aquin distinguait clairement le scandale par malice, du scandale des faibles. Chez Thomas, les faibles sont ceux dont la foi est fragile du fait de leur simplicité et de leur ignorance et qu’il ne faut pas brutaliser dans leurs croyances. Chez Calvin, les faibles peuvent devenir coupables, ils ne sont plus victimes de leur ignorance, mais ils sont coupables de ne pas avoir préservé la pureté de leur foi, parce qu’ils n’ont pas osé « passer outre le scandale » (ibid., p. 188). Les faibles sont ainsi des figures de nicodémites qui n’osent pas afficher publiquement leur foi2.

Le scandale est instrumentalisé par les catholiques et par les protestants : on accuse l’autre d’être la cause du scandale ou l’on revendique le scandale (plutôt lorsqu’on est protestant), ou encore on prend les mesures pour faire taire le scandale, condition sine qua non du retour de la concorde civique. La question de savoir qui est à l’origine du scandale devient par conséquent un enjeu essentiel des guerres civiles. La fabrique du scandale et sa mémoire sont au cœur des conflits.

Pour préciser le cadre des violences et conflits qui engendrent une rivalité mémorielle immédiate, l’introduction a d’abord rappelé comment le paysage confessionnel se fractionne en Europe avec la fin du monopole de foi catholique dans la première moitié du XVIe siècle, l’émergence des Réformes protestantes et la tardive réaction catholique élaborée au Concile de Trente (1545-1563). Les dissidences religieuses perturbent aussi l’ordre politique traditionnel et les liens d’obéissance des sujets vis-à-vis de leurs souverains. La quête du compromis, par une tolérance qui doit s’entendre dans un sens civil, débouche sur des paix de religion, dont la première, la paix d’Augsbourg de 1555, établit le principe du cujus regio, ejus religio  (« tel prince, telle religion ») dans le Saint-Empire. Mais en France, les tentatives menées par la monarchie des Valois avec les édits de tolérance de mars 1560 et janvier 1562 et le colloque de Poissy de 1561, échouent. Ailleurs, la voie répressive contre les minorités religieuses se renforcent : contre les catholiques anglais avec la restauration anglicane opérée par Elisabeth Ière après 1558 ; contre les protestants des Pays-Bas espagnols, quand le roi Philippe II réaffirme en 1565 par ses Lettres du bois de Ségovie sa ligne de défense du catholicisme ; comme aussi contre les Nouveaux Chrétiens ou Morisques de Grenade en 1566. L’échec de ces politiques se mesure dans la multiplication de conflits de nature confessionnelle en  Europe à partir des années 1560 (Guerres civiles en France de 1562 à 1598, révolte des protestants des Pays-Bas en 1566, dont la trop dure répression provoque une guerre civile de 1572 à 1579, révolte des morisques de 1568 à 1571, etc.). Les acteurs de ces conflits, qui sont autant de guerres civiles, sont à la fois des dissidents religieux, des radicaux de tout bord et des opposants politiques en quête du ‘bon gouvernement’. La figure des Malcontents, aristocrates soucieux de leur statut face à la montée du pouvoir royal durant les guerres civiles, invite tout particulièrement à être sensible à l’importance de l’ethos aristocratique de certains acteurs et à une vision – prégnante dans les textes étudiés – qui distingue la civilité des grands des débordements séditieux du peuple.

Les violences vécues durant ces conflits sont parfois aussi symboliques lorsqu’elles frappent par exemple les images catholiques (iconoclasme), sociales et communautaires lorsque se déchaînent contre les groupes jugés hérétiques ou contre les populations civiles victimes des horreurs de la guerre, que politiques lorsqu’elles invitent à éliminer le tyran (idées monarchomaques).

Les pacifications passent par la reconstruction des pactes politiques où la figure du roi sauveur et protecteur revient en force, souvent au détriment des compromis religieux (l’Edit de Nantes de 1598 est une solution provisoire pour la place de la minorité protestante dans une monarchie catholique). Elles génèrent des perdants qui prennent les chemins de l’exil (Ligueurs de l’ultra-catholicisme français, protestants des provinces catholiques des Pays-Bas qui se réfugient dans les nouvelles Provinces-Unies). La mémoire des déchirures reste par conséquent un enjeu qui se construit de manière concurrentielle et asymétrique en fonction des appartenances et des parcours individuels, spirituels ou collectifs de leurs auteurs.

Autour du massacre de Wassy et de l’Édit de Janvier 1562

Le premier texte, le Discours au vray & en abbregé, de ce qui est dernierement advenu à Vassi, y passant Monseigneur le Duc de Guise (Paris, Guillaume Morel, 1562), publié dans la foulée de l’événement, est introduit par Ullrich Langer. Celui-ci présente la construction en deux parties distinctes de ce document. La lettre attribuée au duc de Guise est précédée d’une introduction anonyme : un défenseur fervent du duc y répond, dit-il, aux calomnies qui attaquent Guise (même si, précise-t-il, l’évidence des vertus de cet homme rende la défense inutile), ce qui sert à ce dernier de justifications contre d’éventuelles poursuites, et il compose ensuite un éloge du prince en le comparant à Scipion l’Africain et en louant ses vertus. Comme le montre l’analyse d’U. Langer, en faisant de cette introduction une forme de triomphe, l’auteur arrache Guise au présent pour le faire entrer dans l’Histoire des Anciens. Le texte articule par conséquent « scandale », ici calomnie et hypocrisie des calvinistes, mémoire, et fama du duc. Il oppose aussi deux stéréotypes usuels des représentations sociales : le peuple dominé par ses passions et l’aristocrate soucieux de l’intérêt supérieur du royaume et dont la civilité s’exprime aussi bien dans la mesure de son attitude que dans l’élégance de sa langue.

François Ier de Lorraine, 2e duc de Guise (1519-1563)
Portrait de François Clouet, Musée du Louvre (source : Wikimedia commons)

La lettre attribuée à Guise va dans le même sens tout en empruntant davantage à la rhétorique judiciaire et en revenant sur les « circonstances » du massacre de Wassy : le duc veut apparaître comme une figure d’obéissance à son roi et une victime des calvinistes : ces derniers perturbent le repos public et l’ordre politique en vigueur depuis la promulgation de l’édit de janvier 1562 qui interdit les provocations mutuelles. En dénonçant en premier lieu la perturbation du repos public, le défenseur de Guise (qui négocie à ce moment sa réintégration à la Cour du roi), éloigne la question polémique de la foi et redonne à l’Etat et à l’aristocratie le pouvoir de résolution d’une action scandaleuse.

Le deuxième texte, présenté par Thibault Catel, porte également sur l’année 1562 et notamment sur la promulgation de l’Édit de janvier et sur le massacre de Wassy. Il s’agit d’un extrait de la publication en 1579 des Grandes annales et histoire generale de France de François de Belleforest, un catholique intransigeant  et partisan de la monarchie absolue. Thibault Catel a précisé qu’il y avait environ 80 occurrences du mot « scandale » dans ce texte de Belleforest : le scandale constitue bien une catégorie pour traiter l’histoire. Le sens général qui s’en dégage est, selon lui, le suivant : il s’agit d’une transgression ou d’une rupture d’un ordre établi (moral, religieux, politique) qui n’est pas loin du sacrilège et du tabou. Il revient ensuite sur les transgressions présentes dans l’extrait qu’il étudie plus précisément. La première transgression est l’insolence des protestants en armes, qui met fin à la cohabitation pacifique définie par l’édit de juillet 1561 : elle constitue signe d’un monde renversé, rétabli ensuite par la punition de l’arrogance de ceux-ci ; la deuxième tient aux violences contre les images, aux paroles contre la messe qui « scandalisent les petits » et aux paroles calomnieuses qui construisent la mémoire scandaleuse de ce  « que ceux de la Religion appellent le massacre de Vassi, & duquel ils font une estrange parade de cruauté » ; la transgression enfin se voit dans les manifestations surnaturelles, extraordinaires qui confirment le caractère sacrilège des désordres politiques et religieux dont sont coupables les protestants. T. Catel rappelle à cette occasion la définition des mirabilia donnée par saint Augustin comme phénomènes qui vont contre l’ordre de la nature.

Comme le fait remarquer David El Kenz, dans ces deux textes, l’Édit de janvier est donné comme voué à l’échec, car ils suggèrent que, de par leur nature séditieuse, les protestants ne pouvaient se retenir des paroles et des actes scandaleux qu’ils s’étaient pourtant engagés à éviter.

Scandale et mises en scène

Les textes présentés par Zoé Schweitzer et Mathilde Bernard rendent compte de cruautés extrêmes (le cannibalisme est évoqué dans les deux cas) et les deux chercheuses ont mis en évidence dans leur lecture une forme de mise en scène du scandale, comme spectacle à la fois tragique et édifiant. La fabrique du scandale passe, dans les deux cas, par le regard indigné de l’énonciateur.

Les extraits des chapitres « Des homicides de notre temps » et « De la cruauté de nostre siècle » de l’Apologie pour Hérodote de Henri Estienne évoquent le meurtre de Jean Diaz, un converti assassiné à l’époque de Charles Quint à la demande de son frère catholique, épisode narré déjà longuement dans le martyrologe protestant de Crespin3 puis ils mentionnent le massacre des Vaudois du Lubéron par François Ier en 1545 et se concluent par une réflexion sur le caractère vraisemblable ou non d’un épisode de cannibalisme évoqué par Hérodote (celui où Astyage, roi des Mèdes, pour se venger d’Harpage lui fait manger son fils à son insu). Les horreurs du temps présent, explique Estienne, permettent d’accorder un réel crédit à l’historien antique. Henri Estienne résume puis cite alors Pontano qui, dans le De Immanitate, décrit comment des hommes font rôtir le foie de leur victime et le font manger aux membres de sa famille.

Ces extraits montrent la complexité du projet de l’Apologie pour Hérodote (publiée pour la première fois en 1566) : texte qui vise à réhabiliter un Hérodote discrédité depuis Thucydide, il est aussi une réflexion sur la manière d’écrire l’histoire qui pense le travail d’Hérodote à la lumière du présent. Les passages choisis de l’Apologie montrent encore qu’il y a, selon lui, une complémentarité entre histoire, poésie et mythe, comme le suggère la mention de la vengeance d’Atrée qui fit dévorer à Thyeste ses propres enfants. Ainsi que l’écrit B. Boudou, la rivalité entre poésie et histoire n’est « plus de saison du point de vue d’Henri Estienne […]. Estienne conçoit cette coopération entre la mythologie et l’histoire parce que, pour lui, l’histoire et la poésie sont au fond des approches parallèles de la culture humaine et des tentatives, partielles et partiales, d’atteindre la vérité inscrite par Dieu dans le cœur des hommes4 ».

La lecture de Zoé Schweitzer a insisté en particulier sur la dramatisation du meurtre de Jean Diaz qui présente les caractéristiques d’une action tragique telle que la définit Aristote dans sa Poétique : il s’agit d’un meurtre intra-familial où le frère criminel a choisi de privilégier son attachement religieux et partisan à l’amour fraternel, et dont la mise en scène dramatise la victime qui ouvre la porte au meurtrier à l’annonce de lettres de son frère. Les exemples qui suivent, empruntés à Hérodote, aux mythes racontés par les poètes ou à Pontano montrent aussi que les sentiments de crainte et de pitié se nourrissent d’un sentiment contradictoire de familiarité et d’étrangeté radicale vis-à-vis de la cruauté. La narration d’un scandale qui n’a rien d’ordinaire permet aussi à Estienne d’opérer un glissement des monstruosités narrées par Hérodote vers les cruautés commises par ou au nom de l’Eglise de Rome. Le regard qui crée l’indignation et l’effroi se situe à la fois près et loin du scandale.

Mathilde Bernard analysant un extrait célèbre de l’Histoire memorable de la ville de Sancerre de Jean de Léry publiée en 1574, un an après le siège de la ville (tenue par les protestants) par l’armée d’Henri d’Anjou, souligne pareillement cette importance des effets de rapprochement et de distance du regard de l’énonciateur. Jean de Léry fait un récit extrêmement vivant – une hypotypose – qui donne à voir l’atrocité dont sont coupables les époux Potard. Ceux-ci encouragés par une vieille femme mangent, après l’avoir cuisiné, le corps de leur fille décédée. Le récit des événements se double d’un jugement sans appel qui est aussi une légitimation du travail des enquêteurs et des juges qui, dans une situation extrême de siège d’une ville souffrant de famine, ont fait preuve d’une sévérité radicale dans l’exercice de la justice. Il y a donc aussi dans une certaine mesure une justification (à la fois morale, chrétienne et judiciaire) de Léry, encore ministre de la communauté à Sancerre lorsqu’il écrit l’Histoire memorable, qui a précisément fait partie des enquêteurs. Anne-Pascale Pouey-Mounou rappelle en outre qu’il a connu lui aussi lors de l’expédition de Villegagnon au Brésil en 1557-1558 l’expérience de la famine à bord des navires et que lui a su résister à la tentation de l’anthropophagie. La comparaison à la fin du texte avec le cannibalisme des Tupinambas s’apparente à une forme de casuistique : le cannibalisme des Potard n’est pas rituel mais il relève du péché. En effet, selon M. Bernard, le scandale, dans ce cas précis, est dans la perpétuation de l’état de péché : la transgression extrême (anthropophagie et cannibalisme sur leur propre fille) tient à une forme de banalisation et d’entraînement au péché pour des coupables qui présentent déjà des antécédents (mariage chez les catholiques, bigamie, homicide) et versent dans la barbarie et la bestialité. La punition du scandale visait en l’occurrence à éviter la propagation du scandale, une sorte d’acceptation et de tolérance du cannibalisme due à la situation désespérée de famine. Le récit sert donc ici à montrer la rigueur morale de la communauté protestante soucieuse de ne pas entraîner une diffusion du péché.

On peut parler aussi d’une forme de mise en scène pour les extraits choisis et analysés par Enrica Zanin. Le premier passage retenu du Registre-journal du regne de Henri III de Pierre de l’Estoile, un catholique modéré proche des Politiques, favorable au roi et critique de la Ligue et de la morale des prêtres, transforme un épisode malheureux de discorde et d’affront au sein de la famille de Charles IX en un récit facétieux couronné par le bon mot du roi Henri de Navarre (ce bon mot rappelle, comme le fait remarquer T. Catel, le « motto » recommandé par les traités de civilité italiens5)  ; le second extrait, par l’ironie également, inverse une procession prétendument pieuse en un carnaval obscène et indécent.

Le texte dénonce la vie dissolue et le péché de Charles IX, de sa sœur Marguerite de Valois, de la duchesse de Montpensier, sœur des Guise, qualifiée de « Sainte Veufve » (dont le texte, par son caractère acerbe, fait bien comprendre qu’elle n’a de saint que le nom) ; mais l’ironie tend en même temps à atténuer le scandale et à ramener à une forme d’impuissance et d’insignifiance ridicules ceux qui s’affichent comme les vrais catholiques mais qui se révèlent enfermés dans leurs vices. C’est Henri de Navarre comme modèle d’équilibre qui ressort grandi dans le premier épisode. Ullrich Langer a souligné que l’humour de celui-ci (comme l’ironie de Pierre de l’Estoile) a pour effet de désamorcer le scandale. Henri de Navarre, par son bon mot, reste pur du scandale qui entache le nom de Charles IX.

Comme l’a montré E. Zanin, le texte rend compte  de la polysémie du mot « scandale » : la première occurrence montre le lien entre scandale et réputation, il est question du « scandale et scorne indigne de son nom » de Charles IX (le « scorne » ou « escorne » signifie l’affront). Le scandale de « plusieurs bonnes personnes devotes » procède, quant à lui, du spectacle du péché dans la promiscuité des contacts et la sexualisation de la sociabilité lors des processions religieuses de la Ligue, et donc de l’hypocrisie des Ligueurs qui « se moquoient » de ces dévotes sincères. Enfin, le « scandale et danger du peuple » montrent la puissance de déséquilibre qu’entraînent les écarts et les inconstances des grands en faisant naître un risque d’émeute. L’« émotion du peuple » met en danger la paix du royaume. Celui-ci est d’ailleurs contaminé par le vice des aristocrates ligueurs, puisqu’il est coupable d’idolâtrie, lui qui « adore [les deux princes Lorrains] comme ses dieux tutelaires ».

Jeanne d’Albret, 1528-1572
Portrait au crayon, Paris, BnF, département des estampes, XVIe siècle
(source : Wikimedia commons)

Zoé Schweitzer a pointé le fait que deux modèles familiaux s’opposent dans ces textes. Les mœurs dépravées de Charles IX et des siens soulignent le caractère équilibré et sain de Jeanne d’Albret et de son fils Henri de Navarre. Le texte révèle en outre des formes de reflets et de correspondances entre la civilité ou l’incivilité des grands et l’attitude du peuple, séditieux ou non, et plus généralement entre la tenue du roi et de ses proches et l’équilibre ou le désordre de son Royaume. Les rites collectifs d’inversion, encadrés et tolérés durant le carnaval pour mieux affirmer tout au long de l’année l’ordre légitime des choses, deviennent dans le Paris de la Ligue le spectacle quotidien d’une société devenue scandaleuse aux yeux du chroniqueur.

Étouffer le scandale

Les deux derniers textes présentés au cours de la journée tout en étant d’une nature extrêmement différente rendent également compte d’une volonté d’étouffer le scandale et d’anéantir sa puissance de désordre.

Yves Junot a étudié l’interrogatoire et le procès de deux crypto-protestants dévoilés par une dénonciation et un piège tendu par les autorités locales (archives municipales de Valenciennes, registre criminel 1609-1610). C’est un exemple intéressant en ce qu’il permet de réfléchir aux rapports entretenus entre temporalité et scandale. Hughes de Bray vient d’une famille qui compte un prédicateur calviniste célèbre qui a prêché durant la brève période où Valenciennes a été protestante en 1566-1567, mais il est né bien après les troubles dans une société déjà réconciliée depuis 1579 avec un catholicisme exclusif. Le procès d’Hughes et de son père Everard de Bray qui a lieu en 1610 montre en outre une différence générationnelle soulignée par Enrica Zanin : le fils fait preuve d’imprudence quand le père est plus discret et inquiet de réveiller la mémoire des violences passées et en particulier celles de l’iconoclasme que lui a connues.  

Un autre aspect scandaleux de l’épisode tient à la mise en cause nominale de personnalités éminentes de la ville (et en particulier son premier magistrat, Jean Vivien, issu d’une famille de notables compromise en 1566 mais réconciliée depuis 1574, et dont le mandat n’est pas renouvelé après le procès) qui ont eu un passé protestant et une expérience de l’exil qui ne sont plus et ne peuvent plus être évoqués depuis la réconciliation. C’est un scandale en puissance si l’affaire devient publique car elle menace la sincérité de la pacification catholique. Le procès est rapidement mené, et il n’est question ni de peine capitale, ni de publicité des sanctions qui sont prononcées à huis clos. La priorité est de préserver la paix civile et l’orthodoxie catholique et par conséquent d’éviter précisément toute publicité à cet incident qui confronterait l’ensemble de la société locale à son propre passé et à ses compromissions avec l’hérésie et la rébellion.

La tâche de Gabriel Naudé, bibliothécaire de Mazarin, est plus ambitieuse car il conteste, ni plus ni moins, le caractère scandaleux de la Saint Barthélemy. Dans sa présentation, David El Kenz donne des éléments sur la réception du texte : après une diffusion très confidentielle en 1639 (douze exemplaires seulement), les Considérations politiques sur les coups d’État sont republiées en 1673 mais l’extrait qui porte sur la Saint Barthélemy est alors censuré (éliminer tous les protestants dans un coup d’état réussi aux yeux de Naudé aurait entraîné la mort d’Henri de Navarre, père de Louis XIII ; cette idée n’est pas dicible pour Louis Dumay qui édite le texte en 1673). Isabelle Moreau apporte un autre élément sur la réception du texte. Elle s’appuie sur les recherches de Frédéric Gabriel qui signale que Naudé est classé dans la partie « Machiavelli consectaria » de la Bibliotheca politico-heraldica selecta (1705) de Carl Arnd et que se trouvent également dans celle-ci : Juste Lipse, Hobbes, Richelieu et Mazarin.

Dans les Considérations politiques sur les coups d’État, Naudé soutient le point de vue suivant : la Saint Barthélemy n’est pas un scandale mais un coup d’État inachevé, qui aurait pu être parfait s’il n’avait pas été réalisé à moitié. Il aurait notamment évité le développement de la Ligue. Dans son analyse, l’historien rejoint le prince et pense le coup d’État comme un acte de gouverner, justifié par la raison d’Etat.  En outre, Naudé veut faire taire l’historiographie protestante qu’il accuse d’avoir fabriqué un scandale en valorisant les violences et les victimes plutôt que l’action du gouvernement : « J’ajoute que cette action n’est pas encore beaucoup éloignée de notre mémoire ; que la plupart de nos histoires ont été faites depuis ce temps-là par des huguenots, et enfin que nous en avons la description si ample, et si particulière dans les Mémoires de Charles IX, l’Histoire de Bèze, les Martyrologes, et beaucoup d’autres livres composés à dessein par les protestants, pour condamner cette action, que rien n’y étant oublié de tout ce qui la peut rendre blâmable et odieuse, il ne se peut pas faire aussi, que ceux qui entendent la déposition de ces témoins corrompus, ne soient de leur opinion ». Gabriel Naudé se fait ici l’analyste de l’articulation entre scandale et mémoire des guerres civiles. Le scandale est le produit d’un récit protestant partisan qui manipule ses lecteurs et il semble proposer un contre-récit, une contre-manipulation qui sert à la réhabilitation de la décision de Charles IX et à son exercice maîtrisé de la dissimulation. Mais la diffusion confidentielle semble totalement contradictoire avec l’idée selon laquelle Naudé voudrait véritablement rivaliser avec toute l’historiographie protestante pour modifier la mémoire du massacre de la Saint Barthélemy6.

Néanmoins, à la lecture de Naudé, l’histoire paraît équivoque, et il montre qu’en faire le récit est un acte politique. On pourrait dire en paraphrasant une analyse d’Alain Brunn que l’histoire, dans le cadre du texte de Naudé en tout cas, « manifeste l’indifférence de la vérité, la raison politique de l’exégèse » (p. 26). Le coup d’État est réussi s’il est accompagné d’un discours efficace qui convainc de sa légitimité. Si non, il est scandale. Naudé in fine cherche peut-être plus à réfléchir sur l’art du coup d’État et ses ressorts que véritablement sur sa légitimation. Dans cette perspective, il en va du scandale comme du coup d’État, il est essentiellement un produit d’un discours qui réussit à l’emporter sur l’opinion publique.

Éléments de synthèse 

La notion de scandale montre bien comment les affrontements militaires, politiques, confessionnels se prolongent dans une lutte de discours qui, selon Naudé, a été largement gagnée par les protestants. Si l’on schématise un peu, il y a d’une part les catholiques qui s’indignent du scandale porté par les « libelles diffamatoires » dénoncés dans les textes analysés par U. Langer, T. Catel et D. El Kenz. Les catholiques s’efforcent d’éteindre le tumulte. Les protestants au contraire veulent en propager la mémoire. M. Bernard, à ce sujet, rappelle que S. Goulart s’interroge sur la légitimité d’une histoire immédiate, mais la justifie aussi précisément à cause d’une rivalité mémorielle où il s’oppose à ceux qui voudraient justifier la Saint Barthélemy. Thibault Catel souligne aussi que la notion de scandale invite sans doute à s’intéresser aux changements que les violences extrêmes des guerres civiles entraînent à un moment donné dans l’écriture de l’histoire.

Le scandale étant une arme, on en soigne son récit et sa diffusion. On le sait, il n’y a de scandale que public (la Somme théologique rappelle qu’il y a scandale, lorsqu’on pèche devant les autres). Et plus il y a publicité, plus il y a scandale. Comme l’a bien compris Naudé, c’est le discours qui accompagne l’événement qui fait le scandale. Aussi, les analyses de texte (Z. Schweitzer, M. Bernard, E. Zanin) ont montré le travail de mise en scène, de construction soignée de récits qui empruntent leurs tours aussi bien à la tragédie, aux histoires tragiques ou plaisantes et qui entraînent une fascination et une répulsion face à des transgressions violentes de l’ordre et des règles établis (au sein de la famille ou du royaume). Cette fascination mêlée de plaisir et d’horreur est parfois exploitée dès le titre qui promet des prodiges ou mirabilia.  La traduction anglaise de l’Apologie pour Hérodote est, de ce point de vue, éloquente. Elle a pour titre : A world of wonders (1607).

En outre, la fabrique du scandale s’appuie par une superposition des souvenirs historiques et traumatiques. Comme le fait remarquer T. Catel, Belleforest réveille sans doute de façon allusive la mémoire des vêpres siciliennes (plus généralement le conflit des Guelfes et Gibelins nourrit l’imaginaire de l’époque).

La fonction du scandale est ambiguë : l’émotion (movere) que suscite son récit relève à la fois du plaisir (placere) de contempler une catastrophe à laquelle on échappe ; elle peut aussi servir à une forme d’instruction morale (docere). Ullrich Langer a insisté sur cette dimension rhétorique de la fabrique du scandale qui vise à émouvoir, indigner et édifier.

Par-delà les rivalités confessionnelles, se distingue la figure du peuple fauteur de scandale, séditieux qui s’oppose à la mesure et à la civilité des grands soucieux de préserver la paix publique et d’obéir à leur souverain. Celui qui est à l’origine scandale se reconnaît en effet à des marqueurs récurrents dans les textes. Il est plus cruel que le Turc ou le Maure. Il est souvent coupable d’un meurtre à l’intérieur de sa propre famille. Souvent aussi, il se reconnaît à sa langue barbare : les nobles, en revanche, promeuvent une image d’eux-mêmes où ils se distinguent aussi par l’élégance et la mesure de leur rhétorique. Dans le premier texte étudié, le duc de Guise, dit-on, « escript comme un Prince veritable à un Prince ennemy de faulseté, & qu’il en escript simplement & rondement ». À cette langue civile s’opposent les aboiements, caquets, insolences et autres figurations d’une langue sauvage qui se caractérise par sa « licence » (liberté excessive) et qui déclenche les conflits meurtriers et rend caduques des dispositions telles que celles prévues par l’Edit de janvier par exemple.

Perspectives et publications

La discussion finale a porté sur les réalisations qui pourraient permettre de prolonger ces échanges et de valoriser le projet MUM.

Deux projets complémentaires sont envisagés : d’une part, un ouvrage collectif composé d’une anthologie des textes étudiés en février et juin et suivi d’une série d’analyses (cette proposition est présentée par U. Langer) ; d’autre part, une anthologie en ligne sous forme d’une bibliothèque numérique qui donne un accès différent aux textes rassemblés également dans l’ouvrage collectif.

En articulant les notions de scandale et mémoire, ces publications permettront d’aborder avec un nouvel angle la question de la mémoire des guerres civiles et de la circonscrire. Or, cette journée a bien montré que le scandale, sa fabrique et sa mémoire (qu’on essaie parfois d’effacer) sont une arme et un enjeu dans les conflits entre catholiques et protestants. Les derniers échanges se sont concentrés autour du titre à donner à l’ouvrage imaginé. Voici quelques idées proposées lors de la journée ou suscitées, plus tard, par celle-ci : Instruire et émouvoir : les mémoires du scandale ; Mémoires (polémiques ?) du scandale ; Mémoires du scandale et rivalités confessionnelles ;  [Fabrique du] Scandale et rivalités mémorielles ; Anne-Pascale Pouey-Mounou précise qu’il y a sans doute matière pour plusieurs ouvrages, dont un qui pourrait être consacré à montrer la richesse de la notion de scandale aux XVIe et XVIIe siècles. Thibault Catel souligne aussi qu’il serait intéressant, dans le cadre de l’ouvrage envisagé, de revenir plus précisément sur la particularité de l’écriture de l’histoire à la fin du XVIe siècle ; histoire partisane qui s’écrit en partie « à chaud » et il renvoie à ce sujet aux interrogations stimulantes de Michel Simonin à propos de l’écriture de l’Histoire : « Si cette discipline connaît à partir de 1560 un mouvement en forme de révolution méthodologique […] est-ce bien par la suite d’une exigence scientifique accrue, […] ou bien en raison d’une perception aiguisée de ses pouvoirs7 ? » Analyser le récit de l’événement scandaleux, la construction de sa mémoire est bien le lieu pour repenser les rapports entre écriture de l’Histoire, polémique et pouvoir. Les historiens comme Belleforest l’avaient bien compris ainsi que Gabriel Naudé quelques années plus tard.

Y. Junot et B. Perona


  1. « Calvin et le scandale », Calvin insolite, dir. F. Giacone, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 77-91 []
  2. Voir la mise au point d’Olivier Millet dans son chapitre « Le catholicisme, et les “nicodémites” » qui replace le traité des Scandales dans la lignée d’autres textes anti-nicodémites : Calvin, Un homme, une œuvre, un auteur, Infolio éditions, CH-Gollion, 2008, p. 85-87 []
  3. Première édition du Livre des Martyrs, Genève, 1554. Pour une description rapide de cet ouvrage et de son évolution, voir l’article consacré à Crespin sur le site du Musée virtuel du protestantisme. []
  4. Mars et les muses dans l’Apologie pour Hérodote, Genève, Droz, 2000, p. 509 []
  5. Sur le rôle de la facétie dans les traités de civilité italiens, on peut lire cet article en ligne de Florence Bistagne. []
  6. Pour Jean-Michel Gros, « les libertins avaient sans doute le sentiment de ne posséder aucun levier pour influer sur la réalité historique et politique de leur temps » (« Les libertins et l’histoire », Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, Les libertins et la science, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, p. 158). Jean-Michel Gros insiste sur l’ambiguïté du texte qui pourrait même apparaître, dans une certaine mesure, comme un « pamphlet contre les coups d’Etat » (ibid., p. 151). On peut ajouter pour aller dans le sens de cette interprétation que, pendant la Fronde, Naudé recommande à Mazarin le contraire de l’attitude préconisée dans ses Considérations politiques sur les coups d’État. []
  7. Vivre de sa plume ou La carrière de François de Belleforest, Note 130, p. 206). []

Définir le “récit scandaleux” Programme de la journée du 8 février 2019

Salle 4, MESHS, 2 Rue des Canonniers, 59000 Lille

Durant cette journée, chaque participant apporte un texte comportant un « récit scandaleux » lié aux troubles politiques et religieux et le présente. L’analyse du texte, lu préalablement par l’ensemble des intervenants, fera ensuite l’objet d’une discussion collective. À l’issue des échanges, sera mis en évidence un ensemble de traits définitoires de ces « récits scandaleux ». Le séminaire visera en particulier à établir dans quelle mesure la nature scandaleuse des textes repose sur les faits eux-mêmes, leur mise en récit ou encore leur réception qui varie selon le contexte confessionnel notamment. 

 

8 h 45 Accueil

9 h 00 – 9 h 30 Introduction, Y. Junot (UPHF), B. Perona (UPHF), E. Zanin (Université de Strasbourg).

9 h 30 – 10 h 15 Ullrich Langer (Université de Madison, Wisconsin)  interviendra sur le Discours au vray & en abbregé, de ce qui est dernierement advenu à Vassi, y passant Monseigneur le Duc de Guise, Paris, M.D.LXII. Par Guillaume Morel imprimeur du Roy. [Source : Newberry Library, Chicago]

10 h 15 – 11 h 00 Thibault Catel (Université de Limoges) sur un extrait des Grandes annales et histoire generale de France de François de Belleforest, (1579) [Sur l’année 1562 avec la promulgation de l’Édit de Janvier et le massacre de Vassy] 

Le Massacre fait à Vassy le premier jour de mars 1562, gravure de Tortorel et Perrissin, source : Wikimedia Commons
(numérisation BnF).

Pause

11 h 15 – 12 h 00 Zoé Schweitzer (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne) sur des extraits de Henri Estienne, Apologie pour Hérodote, 1566 (Ch. XVIII « Des homicides de notre temps » ; Ch. XIX « De la cruauté de nostre siècle »).

12 h 00 – 13 h 30 Déjeuner

13 h 30 – 14 h 15 Mathilde Bernard (Université Paris-Nanterre) sur un extrait de Jean de Lery, Histoire memorable de la ville de Sancerre. Contenant les entreprises, siege, approches, bateries, assaux & autres efforts des assiegeans : les resistances, faits magnanimes, la famine extreme & delivrance notable des assiegez. Le nombre des coups de canons par iournées distinguées. Le catalogue des morts & blessez à la guerre, sont à la fin du Livre, [s.l.n.n.], 1573.

14 h 15 – 15 h 00 Enrica Zanin (Université de Strasbourg) sur les extraits de Pierre de l’Estoile, Registre-journal du regne de Henri III sur les années 1583 et 1589.

Pause 

15 h 15 – 16 h 00 Yves Junot (UPHF) sur l’interrogatoire et le procès de Hughes et Everard de Bray, crypto-protestants dénoncés par le milicien Nicolas Dubois (avril-mai 1610). Source : archives municipales de Valenciennes, FF1 13 (registre criminel 1609-1610).

16 h 00 – 16 h 45 David El Kenz (Université de Bourgogne, Dijon) sur un extrait de Gabriel Naudé, « Le massacre de la Saint-Barthélemy : un coup d’État », dans Considérations politiques sur les coups d’État [Rome, 1639], rééd. d’après l’éd. de 1657.

16 h 45 – 17 h 30 Discussion sur les caractéristiques du « récit scandaleux » et les prolongements à donner au projet MUM.

Atelier de lancement du 19 octobre 2018 : compte rendu

Organisation : B. Perona et Y. Junot

Matinée

La matinée a permis de prendre connaissance des sources disponibles à la BnF et surtout des moyens pour les retrouver efficacement dans le catalogue général, grâce à l’intervention de Louise Amazan, conservatrice à la Réserve de la bibliothèque nationale. La communication d’Alexander Soetaert (KU Leuven) a également permis de présenter un outil de valorisation d’un fonds largement ignoré.

L’intervention de Louise Amazan a souligné en particulier que, dans le cas de textes bien connus, il restait à faire une histoire qui s’appuie aussi sur l’aspect matériel de la circulation. Sa communication a notamment pointé le fait que la mise en recueils participe à la mise en récit des guerres civiles et à leur mémoire. Comme le rappelle Anne Réach-Ngô, l’assemblage de ces recueils est parfois artificiel (on réunit par exemple des textes parce qu’ils ont le même format). Néanmoins, ces recueils restent des traces reconstituées des événements et des polémiques qu’ils ont engendrés. Gabriel Naudé dans son Advis pour dresser une bibliothèque recommandait en effet : « de ne rien negliger de tout ce qui peut entrer en ligne de compte & avoir quelque vsage, soit à l’esgard de vous ou des autres : comme sont les libelles, placarts, theses, fragments, espreuves, & autres choses semblables, que l’on doit estre soigneux de joindre & assembler suivant les diverses sortes & matieres qu’ils traictent, parce que c’est le moyen de les mettre en consideration ».

Louise Amazan a présenté plusieurs recueils. Citons simplement pour illustration le célèbre recueil de libelles de Pierre de l’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue avec les peintures Placcars et Affiches iniurieuses et diffamatoires contre la memoire et honneur du feu Roy que les Oisons de la Ligue apeloient Henri de Valois, numérisé sur Gallica. Louise Amazan rappelle aussi que les bibliothécaires du XIXe siècle et la démarche positiviste qui les animait ont bien souvent conduit au démantèlement de ces recueils qu’il n’est pas toujours aisé de reconstituer. Elle donne des conseils qui permettent parfois de retrouver les éléments qui composaient un recueil dispersé.

Alexander Soetaert a présenté la base de données Impressa Catholica Cameracensia  [ICC] qu’il a constituée. Cette base répertorie les imprimés catholiques parus dans la province ecclésiastique de Cambrai qui comprend les évêchés francophones délimités, en 1559, dans les anciens Pays-Bas espagnols et, à partir de 1562, la ville universitaire de Douai.  L’âge d’or de l’imprimerie dans cette province dure des années 1590 à 1630. La base de données a permis de répertorier 7000 livres qui, pour la partie actuellement belge de la province, n’étaient recensés que dans des répertoires du XIXe siècle (en France, les répertoires étaient plus récents). Cette base donne donc une visibilité nouvelle à un vaste patrimoine imprimé méconnu jusqu’à présent. Il permet aussi par un système d’étiquetage et de recherches avancées de repérer les réseaux d’auteurs et d’imprimeurs qui se sont constitués dans cette province ecclésiastique.

Après-midi

La table ronde de l’après-midi qui réunissait les intervenants du matin ainsi que David El Kenz (Université de Bourgogne),Erica Kuijpers (Vrije Universiteit Amsterdam), Anne-Pascale Pouey-Mounou(Paris-Sorbonne), Anne Réach-Ngo (Université de Haute-Alsace), Nelly Sciardis (conservatrice à la Bibliothèque Universitaire de l’UPHF), Violet Soen (KU Leuven) s’est appuyée sur la réflexion amorcée le matin  et a permis de mieux définir les possibles voies de développement du projet pour observer la « fabrique du scandale » pendant et après les guerres civiles.

Constituer et présenter un corpus

Deux options se présentent, qui ne sont pas nécessairement exclusives, pour constituer un corpus qui permette d’observer comment se construit cette mémoire collective d’événements violents :

  • Partir des textes et des images : 

On pourra déjà constituer, et notamment à partir des journées de février et juin 2019, un corpus délimité à exploiter avec une approche interdisciplinaire (analyse historique/analyse linguistique et littéraire) qui peut faire l’objet d’une première bibliothèque numérique qui mettrait à disposition de curieux éclairés ou d’un public scolaire (enseignants et élèves du secondaire) des textes parfois déjà bien connus des chercheurs. Le travail d’analyse accompli lors des journées d’étude serait synthétisé sous forme de fiches mises en ligne qui accompagneraient les textes en question. 
Anne-Pascale Pouey-Mounou insiste sur l’importance de la lecture et de l’analyse de détail de ces textes. C’est aussi dans ce travail que se renouvelleront les questionnements. Et l’apport de ce projet est en particulier de croiser les approches historiques, linguistiques et littéraires.

  • Partir d’un événement:

Il est envisagé aussi de faire un travail de recensement qui vise à rassembler progressivement toute la documentation disponible sur un ou plusieurs événements donnés. Il s’agirait alors d’établir un catalogue bibliographique qui indique où se trouvent les imprimés avec des renvois aux exemplaires numérisés (comme le fait l’USTC). Ce travail pourrait être fait pour la Saint-Barthélemy, car si les travaux sur la mémoire de ce célèbre massacre français sont nombreux, une perspective plus européenne de l’année 1572 (avec la prise de Valenciennes et Mons par des Huguenots français et des Gueux des Pays-Bas, et l’épisode des martyrs catholiques de Gorcum en Hollande) permettrait sans doute d’en renouveler l’approche. Ce serait l’occasion de souligner en particulier les variations et les constantes dans l’écriture des récits de ces événements qui changent en fonction des appartenances géographiques et confessionnelles des auteurs.

Anne Réach-Ngô synthétise (avec brio!) les problèmes formulés en un schéma qu’elle nous présente et qu’elle m’a très aimablement donné pour que je puisse le mettre en ligne ici.

Schéma récapitulatif d’Anne Réach-Ngô

Opinion publique, scandale et mémoire

Que reconstitue-t-on lorsqu’on établit ce corpus ? En s’appuyant sur les imprimés de l’époque, on reconstitue déjà ce qui était une « opinion publique » avant de faire mémoire.  Les participants insistent aussi sur l’attention qu’il faudra porter à la temporalité de la construction de la mémoire à laquelle en tant que chercheurs nous participons toujours. Le travail de mémoire est aussi travail de relecture qui part de notre présent, comme dans le cas de cet article de C. Biet. La mise au jour de cette mémoire, qui est une forme d’actualisation, prend nécessairement le risque de l’anachronisme. David El Kenz rappelle, à ce sujet, que notre idée du traumatisme et notre conception des victimes ont été transformées par la Shoah et que dans une certaine mesure, les victimes de masse ne sont pas pleinement un objet d’histoire à l’époque moderne. Les victimes sont parfois perçues plutôt comme des personnes vaincues dont le sort peut par conséquent être honteux.

En revanche, ce qui est particulièrement médiatisé en temps de conflits confessionnels, c’est le scandale, entendu déjà dans son sens premier qui est un sens théologique, c’est-à-dire comme « occasion de chute » : autrement dit, soit le scandale au sens négatif observable dans l’Église considérée comme hérétique  (par exemple, la vente des indulgences) ; soit le scandale au sens positif, qui doit amener l’hérétique à se convertir (par exemple, la destruction d’objets considérés à tort comme sacrés par les hérétiques). Mais à l’époque des guerres civiles, il s’opère aussi un transfert entre le sens théologique et un sens politique et social où le scandale est la diffusion d’une information qui peut engendrer la sédition1. Le scandale est ce qui met en danger la paix civile, le
« bien commun » et le « repos public ». Violet Soen insiste en effet sur le fait qu’elle rencontre de nombreuses occurrences de ce mot dans les traités de pacification de la fin du XVIe siècle. L’injonction à l’oubli présente par exemple dans l’Édit de Nantes vise ainsi à enrayer la fabrique du scandale.

Edit de Nantes, 30 avril 1598, source Wikimedia commons


À la lumière de ces discussions, le XVIe siècle s’avère un observatoire précieux en tant qu’il est le lieu de l’élaboration d’une pensée du scandale public. Cette notion suscite l’intérêt de plusieurs chercheurs présents. Elle sera au centre d’une interrogation pluri-disciplinaire lors d’une séance de séminaire qui aura lieu le 5 avril et qui fera notamment entendre Solange Segala de Carbonnières,  historienne du droit à Valenciennes.

  1. Sur ce glissement de sens du mot scandale, voir l’article de J. Koopmans “Quand la farce fait scandale”. []

Mémoire et usages des récits et images du mal

Ce carnet de recherche a pour but de rendre compte des progrès du projet interdisciplinaire MUM (Mémoire et Usages des récits et images du Mal), co-financé par le laboratoire CALHISTE (Université Polytechnique Hauts-de-France), la MESHS (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société – Lille Nord de France) et l’IUF grâce à la collaboration d’Enrica Zanin (Université de Strasbourg).

Enjeux et thématique du projet MUM

La polémique à propos des Bienveillantes de Jonathan Littell, mais aussi les œuvres d’historiens (Patrick Boucheron, Yvan Jablonka) et de romanciers (Laurent Binet) ont rendu plus incisif le questionnement sur les rapports entre histoire et fiction. Le présent projet se propose de s’emparer de ces questions en prenant un certain recul. Nos sociétés sont confrontées à la mémoire des événements traumatiques du XXe siècle et à la médiatisation d’une violence scénarisée à des fins de propagande par des groupes terroristes comme l’EI. Or les guerres civiles européennes consécutives au schisme religieux du XVIe siècle, parce ce qu’elles constituent un paroxysme des déchirements internes des sociétés permettent d’observer la construction d’une (ou plusieurs) mémoire(s) collective(s) des violences extrêmes et leurs différents usages, notamment lorsque ces sociétés redéfinissent les valeurs qui les sous-tendent en souhaitant tourner la page des événements violents.

Le projet MUM est par conséquent animé par une question intrinsèquement interdisciplinaire. Il s’appuie en premier lieu sur une étroite collaboration entre historiens et littéraires. En effet, les principales interrogations qu’il porte sont les suivantes : quelle est la part respective de l’Histoire, des Arts et de la Littérature dans la construction d’une mémoire collective des violences des guerres civiles ? Comment sont appréhendées de part et d’autre les idées de vérité et de responsabilité dans la mise en récit et en image du fait violent, par-delà la simple dénonciation ? Comment enfin la dimension morale de ces récits et images contribue à redéfinir les limites de ce qui est dicible et indicible dans ce qu’une société s’entend à définir comme le Mal contre lequel (ou avec lequel) elle se reconstruit ?

Les enjeux d’un tel projet sont à la fois épistémologiques puisqu’en observant la circulation de lieux communs textuels et iconographiques, il interroge la particularité des récits littéraires et historiques et la façon dont ils se modèlent et se façonnent réciproquement ; éthiques puisqu’il s’agit de montrer comment une société pacifiée redéfinit ses valeurs morales en fonction de mémoires collectives que récits historiques, récits littéraires et iconographie ont contribué à façonner ; anthropologiques en ce que les récits et images mettent en évidence des invariants dans la condamnation de ce qui est défini comme scandaleux et dans les facteurs de résilience d’une société.

La réalisation de ce projet passe par la constitution d’une base de données numérique d’un patrimoine textuel et iconographique dispersé dans diverses collections.

Objectifs du carnet de recherche

Il rendra compte des choix faits pour constituer un corpus de textes et d’images cohérent et pertinent pour répondre aux questions formulées sur la construction d’une mémoire collective de faits traumatiques.
Il fera régulièrement connaître certains textes ou certaines images appartenant au corpus constitué et pourra proposer ainsi une sorte de petite anthologie commentée. Il sera alimenté aussi par des comptes rendus des ateliers et journées d’étude  qui se dérouleront, dans un premier temps, d’octobre 2018 à juin 2019.