Mémoire et usages des récits et images du mal

Ce carnet de recherche a pour but de rendre compte des progrès du projet interdisciplinaire MUM (Mémoire et Usages des récits et images du Mal), co-financé par le laboratoire CALHISTE (Université Polytechnique Hauts-de-France), la MESHS (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société – Lille Nord de France) et l’IUF grâce à la collaboration d’Enrica Zanin (Université de Strasbourg).

 

Enjeux et thématique du projet MUM

La polémique à propos des Bienveillantes de Jonathan Littell, mais aussi les œuvres d’historiens (Patrick Boucheron, Ivan Jablonka) et de romanciers (Laurent Binet) ont rendu plus incisif le questionnement sur les rapports entre histoire et fiction. Le présent projet se propose de s’emparer de ces questions en prenant un certain recul. Nos sociétés sont confrontées à la mémoire des événements traumatiques du XXe siècle et à la médiatisation d’une violence scénarisée à des fins de propagande par des groupes terroristes comme l’EI. Or les guerres civiles européennes consécutives au schisme religieux du XVIe siècle, parce ce qu’elles constituent un paroxysme des déchirements internes des sociétés permettent d’observer la construction d’une (ou plusieurs) mémoire(s) collective(s) des violences extrêmes et leurs différents usages, notamment lorsque ces sociétés redéfinissent les valeurs qui les sous-tendent en souhaitant tourner la page des événements violents.

Le projet MUM est par conséquent animé par une question intrinsèquement interdisciplinaire. Il s’appuie en premier lieu sur une étroite collaboration entre historiens et littéraires. En effet, les principales interrogations qu’il porte sont les suivantes : quelle est la part respective de l’Histoire, des Arts et de la Littérature dans la construction d’une mémoire collective des violences des guerres civiles ? Comment sont appréhendées de part et d’autre les idées de vérité et de responsabilité dans la mise en récit et en image du fait violent, par-delà la simple dénonciation ? Comment enfin la dimension morale de ces récits et images contribue à redéfinir les limites de ce qui est dicible et indicible dans ce qu’une société s’entend à définir comme le Mal contre lequel (ou avec lequel) elle se reconstruit ?

Les enjeux d’un tel projet sont à la fois épistémologiques puisqu’en observant la circulation de lieux communs textuels et iconographiques, il interroge la particularité des récits littéraires et historiques et la façon dont ils se modèlent et se façonnent réciproquement ; éthiques puisqu’il s’agit de montrer comment une société pacifiée redéfinit ses valeurs morales en fonction de mémoires collectives que récits historiques, récits littéraires et iconographie ont contribué à façonner ; anthropologiques en ce que les récits et images mettent en évidence des invariants dans la condamnation de ce qui est défini comme scandaleux et dans les facteurs de résilience d’une société.

La réalisation de ce projet passe par la constitution d’une base de données numérique d’un patrimoine textuel et iconographique dispersé dans diverses collections.

Objectifs du carnet de recherche

Il rendra compte des choix faits pour constituer un corpus de textes et d’images cohérent et pertinent pour répondre aux questions formulées sur la construction d’une mémoire collective de faits traumatiques.
Il fera régulièrement connaître certains textes ou certaines images appartenant au corpus constitué et pourra proposer ainsi une sorte de petite anthologie commentée. Il sera alimenté aussi par des comptes rendus des ateliers et journées d’étude  qui se dérouleront, dans un premier temps, d’octobre 2018 à juin 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search