Atelier de lancement du 19 octobre 2018 : compte rendu

Organisation : B. Perona et Y. Junot

Matinée

La matinée a permis de prendre connaissance des sources disponibles à la BnF et surtout des moyens pour les retrouver efficacement dans le catalogue général, grâce à l’intervention de Louise Amazan, conservatrice à la Réserve de la bibliothèque nationale. La communication d’Alexander Soetaert (KU Leuven) a également permis de présenter un outil de valorisation d’un fonds largement ignoré.

L’intervention de Louise Amazan a souligné en particulier que, dans le cas de textes bien connus, il restait à faire une histoire qui s’appuie aussi sur l’aspect matériel de la circulation. Sa communication a notamment pointé le fait que la mise en recueils participe à la mise en récit des guerres civiles et à leur mémoire. Comme le rappelle Anne Réach-Ngô, l’assemblage de ces recueils est parfois artificiel (on réunit par exemple des textes parce qu’ils ont le même format). Néanmoins, ces recueils restent des traces reconstituées des événements et des polémiques qu’ils ont engendrés. Gabriel Naudé dans son Advis pour dresser une bibliothèque recommandait en effet : « de ne rien negliger de tout ce qui peut entrer en ligne de compte & avoir quelque vsage, soit à l’esgard de vous ou des autres : comme sont les libelles, placarts, theses, fragments, espreuves, & autres choses semblables, que l’on doit estre soigneux de joindre & assembler suivant les diverses sortes & matieres qu’ils traictent, parce que c’est le moyen de les mettre en consideration ».

Louise Amazan a présenté plusieurs recueils. Citons simplement pour illustration le célèbre recueil de libelles de Pierre de l’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue avec les peintures Placcars et Affiches iniurieuses et diffamatoires contre la memoire et honneur du feu Roy que les Oisons de la Ligue apeloient Henri de Valois, numérisé sur Gallica. Louise Amazan rappelle aussi que les bibliothécaires du XIXe siècle et la démarche positiviste qui les animait ont bien souvent conduit au démantèlement de ces recueils qu’il n’est pas toujours aisé de reconstituer. Elle donne des conseils qui permettent parfois de retrouver les éléments qui composaient un recueil dispersé.

Alexander Soetaert a présenté la base de données Impressa Catholica Cameracensia  [ICC] qu’il a constituée. Cette base répertorie les imprimés catholiques parus dans la province ecclésiastique de Cambrai qui comprend les évêchés francophones délimités, en 1559, dans les anciens Pays-Bas espagnols et, à partir de 1562, la ville universitaire de Douai.  L’âge d’or de l’imprimerie dans cette province dure des années 1590 à 1630. La base de données a permis de répertorier 7000 livres qui, pour la partie actuellement belge de la province, n’étaient recensés que dans des répertoires du XIXe siècle (en France, les répertoires étaient plus récents). Cette base donne donc une visibilité nouvelle à un vaste patrimoine imprimé méconnu jusqu’à présent. Il permet aussi par un système d’étiquetage et de recherches avancées de repérer les réseaux d’auteurs et d’imprimeurs qui se sont constitués dans cette province ecclésiastique.

Après-midi

La table ronde de l’après-midi qui réunissait les intervenants du matin ainsi que David El Kenz (Université de Bourgogne),Erica Kuijpers (Vrije Universiteit Amsterdam), Anne-Pascale Pouey-Mounou(Paris-Sorbonne), Anne Réach-Ngo (Université de Haute-Alsace), Nelly Sciardis (conservatrice à la Bibliothèque Universitaire de l’UPHF), Violet Soen (KU Leuven) s’est appuyée sur la réflexion amorcée le matin  et a permis de mieux définir les possibles voies de développement du projet pour observer la « fabrique du scandale » pendant et après les guerres civiles.

Constituer et présenter un corpus

Deux options se présentent, qui ne sont pas nécessairement exclusives, pour constituer un corpus qui permette d’observer comment se construit cette mémoire collective d’événements violents :

  • Partir des textes et des images : 

On pourra déjà constituer, et notamment à partir des journées de février et juin 2019, un corpus délimité à exploiter avec une approche interdisciplinaire (analyse historique/analyse linguistique et littéraire) qui peut faire l’objet d’une première bibliothèque numérique qui mettrait à disposition de curieux éclairés ou d’un public scolaire (enseignants et élèves du secondaire) des textes parfois déjà bien connus des chercheurs. Le travail d’analyse accompli lors des journées d’étude serait synthétisé sous forme de fiches mises en ligne qui accompagneraient les textes en question. 
Anne-Pascale Pouey-Mounou insiste sur l’importance de la lecture et de l’analyse de détail de ces textes. C’est aussi dans ce travail que se renouvelleront les questionnements. Et l’apport de ce projet est en particulier de croiser les approches historiques, linguistiques et littéraires.

  • Partir d’un événement:

Il est envisagé aussi de faire un travail de recensement qui vise à rassembler progressivement toute la documentation disponible sur un ou plusieurs événements donnés. Il s’agirait alors d’établir un catalogue bibliographique qui indique où se trouvent les imprimés avec des renvois aux exemplaires numérisés (comme le fait l’USTC). Ce travail pourrait être fait pour la Saint-Barthélemy, car si les travaux sur la mémoire de ce célèbre massacre français sont nombreux, une perspective plus européenne de l’année 1572 (avec la prise de Valenciennes et Mons par des Huguenots français et des Gueux des Pays-Bas, et l’épisode des martyrs catholiques de Gorcum en Hollande) permettrait sans doute d’en renouveler l’approche. Ce serait l’occasion de souligner en particulier les variations et les constantes dans l’écriture des récits de ces événements qui changent en fonction des appartenances géographiques et confessionnelles des auteurs.

Anne Réach-Ngô synthétise (avec brio!) les problèmes formulés en un schéma qu’elle nous présente et qu’elle m’a très aimablement donné pour que je puisse le mettre en ligne ici.

Schéma récapitulatif d’Anne Réach-Ngô

Opinion publique, scandale et mémoire

Que reconstitue-t-on lorsqu’on établit ce corpus ? En s’appuyant sur les imprimés de l’époque, on reconstitue déjà ce qui était une « opinion publique » avant de faire mémoire.  Les participants insistent aussi sur l’attention qu’il faudra porter à la temporalité de la construction de la mémoire à laquelle en tant que chercheurs nous participons toujours. Le travail de mémoire est aussi travail de relecture qui part de notre présent, comme dans le cas de cet article de C. Biet. La mise au jour de cette mémoire, qui est une forme d’actualisation, prend nécessairement le risque de l’anachronisme. David El Kenz rappelle, à ce sujet, que notre idée du traumatisme et notre conception des victimes ont été transformées par la Shoah et que dans une certaine mesure, les victimes de masse ne sont pas pleinement un objet d’histoire à l’époque moderne. Les victimes sont parfois perçues plutôt comme des personnes vaincues dont le sort peut par conséquent être honteux.

En revanche, ce qui est particulièrement médiatisé en temps de conflits confessionnels, c’est le scandale, entendu déjà dans son sens premier qui est un sens théologique, c’est-à-dire comme « occasion de chute » : autrement dit, soit le scandale au sens négatif observable dans l’Église considérée comme hérétique  (par exemple, la vente des indulgences) ; soit le scandale au sens positif, qui doit amener l’hérétique à se convertir (par exemple, la destruction d’objets considérés à tort comme sacrés par les hérétiques). Mais à l’époque des guerres civiles, il s’opère aussi un transfert entre le sens théologique et un sens politique et social où le scandale est la diffusion d’une information qui peut engendrer la sédition1. Le scandale est ce qui met en danger la paix civile, le
« bien commun » et le « repos public ». Violet Soen insiste en effet sur le fait qu’elle rencontre de nombreuses occurrences de ce mot dans les traités de pacification de la fin du XVIe siècle. L’injonction à l’oubli présente par exemple dans l’Édit de Nantes vise ainsi à enrayer la fabrique du scandale.

Edit de Nantes, 30 avril 1598, source Wikimedia commons


À la lumière de ces discussions, le XVIe siècle s’avère un observatoire précieux en tant qu’il est le lieu de l’élaboration d’une pensée du scandale public. Cette notion suscite l’intérêt de plusieurs chercheurs présents. Elle sera au centre d’une interrogation pluri-disciplinaire lors d’une séance de séminaire qui aura lieu le 5 avril et qui fera notamment entendre Solange Segala de Carbonnières,  historienne du droit à Valenciennes.

  1. Sur ce glissement de sens du mot scandale, voir l’article de J. Koopmans “Quand la farce fait scandale”. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search